Le club des correspondants, France info

Ramadan : quelles sont les restrictions en Arabie saoudite, au Maroc et en Indonésie en pleine pandémie ?

Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qui se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui, le ramadan en temps de coronavirus en Arabie saoudite, au Maroc et en Indonésie.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des musulmans font leurs prières la première nuit du ramadan à la Grande mosquée Istiqlal de Jakarta, le 12 avril 2021.
Des musulmans font leurs prières la première nuit du ramadan à la Grande mosquée Istiqlal de Jakarta, le 12 avril 2021. (ADEK BERRY / AFP)

Le ramadan commence mardi en France en pleine crise sanitaire. En raison de l'épidémie de Covid-19, certaines prières sont annulées et le repas quotidien de rupture du jeûne devra se faire parfois seul chez soi. Mais la France n'est pas un cas insolé. On vous emmène en Arabie saoudite, au Maroc et en Indonésie pour voir comment va se dérouler ce mois de jeûne, de prières et de partage.

En Arabie saoudite, le pèlerinage à la Mecque ouvert aux fidèles "immunisés"

Le ramadan est l'occasion pour de nombreux croyants de faire le pèlerinage de la Mecque, en Arabie saoudite. Les autorités saoudiennes l'avait suspendu l'année dernière à cause de la pandémie. Cette année, elle l'autorise mais seulement pour les fidèles "immunisés". Pour les autorités saoudiennes, "immunisé", cela veut dire avoir été vacciné avec deux injections, ou bien avoir été vacciné avec une injection mais depuis au moins 14 jours, ou bien avoir contracté le Covid-19 et bien sûr en avoir guéri. Il faut prouver tout ça avec des documents médicaux, et on obtient une autorisation de pèlerinage, qui ne suffit pas pour se rendre à l'intérieur des lieux saints de La Mecque. Là où s'effectuent les rituels et les prières. Il faut encore s'enregistrer via une application des autorités religieuses, qui délivre un autre permis, avec cette fois une date, un créneau horaire et un QR code qui pourra être vérifié sur place. Pour ceux qui ne jouent pas le jeu, la sanction est sévère : 2 500 euros d'amende pour un pèlerin contrôlé sans permis dans un lieu saint.

Avec ce système, le pouvoir saoudien veut réguler le nombre de fidèles pour faire respecter les mesures barrières. Après avoir été totalement suspendu, les pèlerinages à la Mecque ont repris doucement depuis octobre. Et pour ce ramadan, le quota a été fixé à 50 000 pèlerins par jour maximum, répartis sur toute la journée avec des créneaux horaires, port du masque, distanciation et itinéraires bien définis, car à côté du pèlerinage, il y a aussi des milliers de fidèles saoudiens qui viennent prier à la Mecque à l'occasion du ramadan. Eux aussi sont soumis à un système de quotas et de permis. Et les autorités ont prévenus : beaucoup de contrôles et des mesures sanitaires strictes. Les sites sont stérilisés et désinfectés tout au long de la journée par 5 000 petites mains, jusqu'à dix fois par jour pour la Grande Mosquée de La Mecque.

Au Maroc, un couvre-feu nocturne préoccupe les commerçants

Au Maroc, le ramadan débutera mercredi 14 avril. Le royaume a suspendu ses vols de et vers 39 pays dont la France au moins jusqu'au 21 mai. Mais ce qui préoccupe les Marocains, c'est le couvre-feu nocturne, instauré pendant toute la durée du ramadan. En temps normal, ce sont des soirées vivantes, des soirées ou les plus pieux vont à la mosquée, et durant lesquelles on se retrouve en famille et entre amis au café. Ce sera donc interdit : pas de circulation entre 20 heures et 6 heures du matin. Une situation qui handicape particulièrement les cafés et restaurants. "Moi je ne comprends pas cet obstacle de 20 heures que notre gouvernement a instauré et qui nous fait un très rand préjudice", affirme Naima Risse, vice-présidente de l'association nationale des cafés et restaurants du Maroc. Et la réponse du Premier ministre Saadeedine El Othmani depuis le Parlement a été claire : "Le virus circule jour et nuit, mais on le bloque la nuit au moins."

Le gouvernement dit avoir pris ces décisions pour de bonnes raisons. La situation se dégrade : les chiffres montrent une augmentation de 20% des cas de Covid-19 sur la première semaine d'avril. Les médecins parlent d'ores et déjà de troisième vague. Cela malgré une campagne de vaccination de grande ampleur qui avait démarré sur les chapeaux de roues, mais qui se heurte à des livraisons de vaccins qui arrivent au compte-goutte. La vaccination continue cependant, à un rythme ralenti, grâce à 300 000 doses livrées dans le cadre du programme international Covax.

En Indonésie, des traditions qui inquiètent les autorités

En Indonésie, le pays qui compte le plus de musulmans au monde et le plus touché par le coronavirus en Asie du sud-est, le ramadan débute aussi avec de nouvelles règles. Trois traditions en particulier inquiètent les autorités. La première, celle de la prière du soir et de l'iftar, le repas pour rompre le jeûne. Dans les zones vertes et jaunes, c'est-à-dire où le virus circulerait pas ou peu, les restaurants et les mosquées peuvent ouvrir à condition de se limiter à un taux de 50% d'occupation. Deuxième tradition très populaire, et cette fois interdite à Jakarta : le sahur di jalan. Cette coutume très populaire chez les jeunes consiste à se retrouver avant l'aube dans les rues pour manger, mais aussi souvent jouer ou écouter de la musique, parader en moto...  soit autant d'attroupements qui ne sont pas les bienvenus par les temps qui courent.

Le quatrième pays le plus peuplé au monde se prépare déjà aussi à la fin du ramadan, où une troisième tradition, le mudik, inquiète beaucoup les autorités. Chaque année, d'immenses mouvements de migrations intérieures ont lieu pendant les jours fériés de l'Aïd. Pour les empêcher, les vols et ferries seront suspendus, et les routes barrées mais selon des sondages, 10% des Indonésiens, soit 28 millions de personnes, comptent toujours voyager malgré les interdictions.

En Malaisie voisine, l'État n'a pas encore pris de décision sur cette tradition du retour au village, et comme c'est le cas depuis un an, légiférer sur la religion en temps de pandémie embarrasse les autorités. Pourtant, les deux sont intimement liés depuis une première vague de contamination qui s'est propagée dans tout le pays après un rassemblement dans une mosquée en mars dernier. Depuis, les prises de parole des autorités font régulièrement polémiques quand il est question du culte musulman dans ce pays qui compte aussi des chrétiens, des hindous et des bouddhistes. Dernier exemple en date : cette proposition faite de considérer les pèlerins voulant se rendre à la Mecque sur la liste des personnes prioritaires à vacciner.

Des musulmans font leurs prières la première nuit du ramadan à la Grande mosquée Istiqlal de Jakarta, le 12 avril 2021.
Des musulmans font leurs prières la première nuit du ramadan à la Grande mosquée Istiqlal de Jakarta, le 12 avril 2021. (ADEK BERRY / AFP)