Comment l'audiovisuel public fonctionne-t-il au Royaume-Uni et en Belgique ?

Tous les jours, le club des correspondants décrit comment un même fait d'actualité s'illustre dans deux pays.
Article rédigé par franceinfo, Richard Place - Pierre Bénazet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min
Siège de la RTBF à Bruxelles, le 19 septembre 2022 (ERIC LALMAND / MAXPPP)

Au Royaume-Uni, le débat fait rage autour du montant de la redevance audiovisuelle. Cette taxe annuelle s’élève actuellement à 181 euros par foyer. Elle ne bougera pas jusqu’à l’année prochaine puisque le gouvernement de Boris Johnson avait décidé de la geler jusqu’en 2024. Dans un pays où l’inflation dépasse les 13% sur un an, cela complique beaucoup la vie des gestionnaires de l’audiovisuel public. Une hausse passerait très mal dans l’opinion publique.

Parmi les conservateurs, certains exigent la suppression pure et simple de cette taxe en faveur de l’audiovisuel public. La "Beeb" comme on l’appelle ici fait régulièrement l’objet de critiques de la part de la majorité actuelle.

La BBC, centenaire, à la peine du point de vue financier

La BBC vient de supprimer 382 postes dans son service à destination de l’étranger. Elle a aussi annoncé des programmes plus régionaux dans un souci d’économie. La BBC justifie ces choix par un besoin de développer son offre numérique. L’enjeu d’une augmentation de la redevance est colossal et politique. Des élections générales auront lieu l’année prochaine. La majorité actuelle, en difficulté dans les sondages cherche à accroître sa popularité auprès d’une population qui souffre financièrement. 

Le contexte est différent pour le groupe audiovisuel public belge la RTBF

La RTBF Radio-Télévision de la Communauté Française de Belgique, s'appelle désormais RTBF BBB pour marquer son ancrage dans les nouvelles technologies. Elle touche efficacement son public malgré une double concurrence celle des médias privés belges et des chaînes de télévision françaises très regardées outre-quiévrain. Si on additionne les Wallons et les Bruxellois, la RTBF a touché une moyenne quotidienne de deux millions de téléspectateurs sur une audience francophone évaluée à 5 millions. La RTBF, c'est cinq radios hertziennes, dont une généraliste, une classique, une jeune adulte et une de proximité, plus quatre webradios et cinq chaînes de télévision, avec en plus une plateforme numérique baptisée Audio, qui permet d'accéder à l'ensemble de l'offre en grande partie gratuitement, sauf pour revisionner des épisodes de séries déjà diffusées par exemple.

La RTBF reste une référence en matière d'information

Même si elle ne compte pas de chaînes tout info comme franceinfo et si une chaîne de télévision privée tout info est apparue il y a quatre ans, la RTBF reste une référence en matière de l'information. Le journal télévisé de 19h30, par exemple, affiche une audience de près de 26 %. Il y a aussi une très forte audience de la RTBF pour le sport, en particulier le Tour de France et le football belge. Les Belges ne paient plus de redevance. Tirée des fonds publics, la RTBF bénéficie d'une dotation annuelle d'environ 300 millions d'euros. Entre cela et les revenus de la publicité ou des productions internes, la RTBF a réussi à dégager depuis plus de 17 ans un résultat net positif. Les comptes sont dans le vert avec par exemple 4,5 millions d'euros de résultat positif en 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.