Le club des correspondants, France info

Brésil, Israël, Chine : ces pays qui veulent voir Donald Trump réélu président des Etats-Unis

Dans le Club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir tout ce qui se fait ou se passe ailleurs dans le monde. Ce mardi, direction le Brésil, Israël et la Chine, qui verraient d'un bon œil le succès de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Donald Trump et Jair Bolsonaro lors d\'une rencontre dans la résidence du président américain en Floride, le 12 mars 2020
Donald Trump et Jair Bolsonaro lors d'une rencontre dans la résidence du président américain en Floride, le 12 mars 2020 (ALAN SANTOS / BRAZILIAN PRESIDENCY)

Le 3 novembre prochain, les Américains choisiront leur prochain président, entre le sortant Donald Trump et le démocrate Joe Biden. Ce dernier est en tête des intentions de vote à l'échelle nationale et consolide son avantage depuis début octobre. Aussi, c'est peu dire que certains gouvernement étrangers suivent avec attention la campagne, tant ils verraient d'un œil particulièrement favorable la réélection de l'actuel président des États-Unis. C'est le cas notamment d’Israël, du Brésil et, dans une moindre mesure, de la Chine.

63% des Israéliens voteraient Trump

À une large majorité, les Israéliens voteraient Donald Trump : 63% des Israéliens sondés pour la chaîne I24 disent ainsi qu'ils voteraient pour le candidat républicain. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou souhaite également qu'il reste à la Maison-Blanche. Il faut dire que Donald Trump a été le plus pro-israélien des présidents américains : il a reconnu l'annexion du Golan et Jérusalem comme capitale d'Israël, et proposé un "plan pour le Moyen-Orient" qui n'envisage qu'un "sous-État" palestinien. Selon ce même sondage, seulement 19% voteraient pour Joe Biden, notamment en raison de ses positions supposées sur le dossier crucial de l'Iran. Pourtant, Joe Biden a annoncé que s'il est élu, il maintiendra l'ambassade américaine à Jérusalem et l'aide militaire à Israël sans conditions.

Le candidat démocrate est un ami personnel de Benyamin Netanyahou depuis une trentaine d'années, mais la relation avec Trump semble la plus forte. Notons par ailleurs qu'à Jérusalem, il est possible d'acheter des kippas à l'effigie de Donald Trump... et qu'elles se vendent très bien.

Le Brésilien Bolsonaro a clairement pris position pour Trump

Au Brésil, le président Jair Bolsonaro a clairement pris position à faveur de la réélection du président Trump. Les deux hommes s’apprécient et se sont vus à de nombreuses reprises depuis 2018 et l’arrivée au pouvoir du Brésilien.  Donald Trump a ainsi défendu Bolsonaro sur la question de l’Amazonie face aux leaders européens et le Brésilien ne manque jamais une occasion pour mettre en avant sa relation privilégiée avec l’Américain.

Aussi, une défaite du candidat républicain serait particulièrement gênante pour Jair Bolsonaro qui ne s’embarrasse pas du tout de la neutralité. Lundi encore, il vantait les mérites de Donald Trump en annonçant la signature de trois accords bilatéraux avec les États-Unis, qui ne règlent pourtant que des questions bureaucratiques et ne changeront pas grand-chose aux échanges commerciaux entre les deux pays. Mais le symbole est important et le président Bolsonaro a annoncé qu’un grand accord, commercial cette fois, serait signé après la réélection de Donald Trump.

Apparemment, il n'y aurait, dans son esprit, aucune chance pour Joe Biden. C'est du moins que prétend le Brésilien : selon les observateurs, les inquiétudes sont pourtant bien réelles. Car Jair Bolsonaro a tout misé sur Donald Trump et a donné beaucoup aux États-Unis. Notamment la possibilité d’utiliser la base spatiale d’Alcantara, sur laquelle les Américains lorgnaient depuis longtemps. Or si Joe Biden l’emporte, la relation sera difficile avec le camp démocrate. Joe Biden a ainsi évoqué à deux reprises la protection de l’Amazonie. Un discours à l'opposé de Donald Trump et qui n’a pas été apprécié à Brasilia.

La Chine ne sait pas sur quel pied danser

Officiellement, le régime chinois se garde bien de donner un avis mais en 2016, lors de la précédente élection, la Chine souhaitait clairement l’élection de Donald Trump. À l’époque, dans les milieux officiels chinois, il était convenu qu'il serait plus facile de négocier avec un homme d’affaires comme Trump plutôt qu’avec Hillary Clinton. Or en 2020, c'est le contraire qui semble se produire : le vice-ministre de l’information Qin Gang disait ainsi il y a quelques jours que la crise était profonde entre Pékin et Washington. Le professeur Shi Yinhong, conseiller du gouvernement,  pense lui que si Trump est réélu, le  conflit commercial s'aggravera encore et qu’il y a un risque d’affrontement militaire dans la région. À l'inverse, d’autres estiment que Donald Trump a affaibli les États-Unis et divisé les Occidentaux, ce qu’ils estiment être bon pour la Chine.

Aussi, la Chine paraît ne pas savoir véritablement sur quel pied danser avec les États-Unis. Le sentiment général est tout même que Joe Biden, s’il est élu, va améliorer les relations diplomatiques et faire baisser la tension. Et reprendre sans doute la deuxième phase des négociations commerciales abandonnées par Trump. Mais sur le fond, les Chinois savent aussi que les républicains comme les démocrates ne veulent pas d’une Chine hyper-puissante qui pourrait détrôner le leadership mondial américain. 

Donald Trump et Jair Bolsonaro lors d\'une rencontre dans la résidence du président américain en Floride, le 12 mars 2020
Donald Trump et Jair Bolsonaro lors d'une rencontre dans la résidence du président américain en Floride, le 12 mars 2020 (ALAN SANTOS / BRAZILIAN PRESIDENCY)