Législatives 2022 : Les Républicains seront-ils financièrement en mesure de mener la bataille ?

écouter (3min)

C’est l’élection de tous les dangers pour Les Républicains : les législatives du mois de juin. Le parti aura-t-il la capacité financière pour mener campagne?

Article rédigé par
Neïla Latrous - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président des Républicains, Christian Jacob, à PAris le 11 avril 2022 (ALAIN JOCARD / AFP)

Initialement, le mouvement présidé par Christian Jacob avait promis une dotation de 5 000 euros par candidat investi. Il y en a 577, l’enveloppe globale avoisine donc les trois millions d’euros. Sauf que la contre-performance électorale de Valérie Pécresse contraint LR à refaire ses calculs. 

La candidate a obtenu moins de 5%, donc ses frais de campagne ne sont pas remboursés par l’Etat. Et certains à LR se sont demandé s’il ne fallait pas piocher dans le butin réservé aux législatives pour renflouer la campagne de Valérie Pécresse. Il y a eu également ce propos alarmiste du trésorier Daniel Fasquelle dans le Journal du Dimanche : "Nous n’avons plus d’argent pour aider nos candidats aux élections législatives". D'où la panique de certains de ces candidats.

L’un d’eux confie : "Sur les législatives, je suis en train d’évaluer mon risque". Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire ne pas trop s’exposer financièrement. Car les 5 000 euros débloqués en théorie par LR ne suffiront pas, de toute façon, à couvrir l’intégralité des dépenses engagées pour devenir député. "Une campagne coûte entre 60 000 et 70 000 euros", assurent plusieurs élus. Donc il faut soit emprunter de l’argent, soit piocher dans son épargne personnelle. Sauf que cette fois, il y a le risque voire la certitude pour plusieurs candidats de ne jamais être remboursés si leurs résultats suivent ceux de Valérie Pécresse. Et la peur que le parti ne puisse pas voler à leur secours.

Le financement public des partis dépend de leur score électoral

D’ores et déjà, la candidate LR à Arles a jeté l’éponge. Elle a annoncé se retirer de la course aux législatives. À nos confrères de La Provence elle dit "plaindre les candidats LR" : "Ça va être compliqué pour eux", dit-elle. D’autres candidats investis par Les Républicains se préparent, eux, à faire une campagne a minima.

Cela serait désastreux pour le parti. Car rappelons l’enjeu : le financement des partis dépend de leur score aux législatives. L’Etat leur reverse de l’argent en fonction du nombre de députés élus, mais aussi s’ils obtiennent plus de 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions. Chaque voix obtenue rapporte alors 1,42 euro en moyenne. Donc Les Républicains ont intérêt à ce que tous leurs candidats obtiennent des scores élevés, qu’ils soient ensuite élus ou non à l’Assemblée.

Pour rassurer ses troupes, Christian Jacob a adressé un email la semaine dernière à tous les candidats. "Bien évidemment, écrit-il, nous serons aux côtés de nos candidats aux élections législatives, y compris financièrement." Et selon nos informations, une visioconférence est organisée mercredi 20 avril, pour apporter des réponses sur les modalités du soutien financier à ces candidats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.