Le RN mène un "travail de fourmi" pour les prochaines élections

Sénatoriales, municipales... et présidentielle : le Rassemblement national s'est d'ores et déjà fixé des objectifs politiques très concrets. Le brief politique d'Audrey Tison.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le logo du rassemblement national. Photo d'illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le Rassemblement national profite de la trêve parlementaire pour continuer à préparer pour les prochaines échéances, élections sénatoriales puis municipales, c'est un véritable "travail de fourmi" que mène le RN. L'échéance la plus proche, ce sont les sénatoriales en septembre.

>> Rassemblement National : quand Jordan Bardella prépare sa mue écologiste

Le parti à la flamme a investi la quasi-totalité de ses candidats. Et désormais, il faut faire campagne auprès des grands électeurs. Ce sont des conseillers municipaux, départementaux et régionaux qui votent dans ce scrutin. Or, le défi est de rencontrer cet électorat diffus.

Alors, les 88 députés RN sont appelés à la rescousse pour organiser des réunions et des rendez-vous en tête-à-tête avec ces élus locaux, notamment ceux qui n'ont pas d'étiquette politique. Pour mieux argumenter : le parti est en train de boucler une synthèse des propositions de lois et amendements que le RN a portés à l'Assemblée, afin de montrer ce que ses élus sont susceptibles de porter.

"Plus on poussera de portes de mairies, plus on arrivera à pousser la porte de l'Elysée"

Dans ce scrutin, le RN a identifié trois départements prioritaires sur la base des scores aux précédentes élections : il s'agit du Nord, du Pas-de-Calais et de la Moselle. "On prend ce scrutin très au sérieux", glisse un des cadres du parti, qui n'ose pas fixer d'objectif chiffré. "Vu l'ambiance politique, on pense avoir plus d'élus que la dernière fois", c’est-à-dire deux sénateurs, un objectif a priori atteignable.

Si le RN fait autant d'efforts, c'est aussi pour préparer les municipales dans trois ans. Ratisser le terrain aujourd'hui, ça permet d'identifier des élus "RN-compatibles" pour cette échéance. Mais le parti travaille aussi sur ses propres troupes, en identifiant les élus municipaux prêts à rempiler et en enregistrant les ambitions de militants qui souhaitent se présenter. Ces derniers reçoivent ainsi un premier conseil : "Commencez dès maintenant à tracter dans votre ville et à vous montrer à tous les événements".

Pour encourager d'autres vocations, les fédérations sont sillonnées par des cadres du parti, notamment par la députée Edwige Diaz qui est en charge de l'implantation locale. À chaque réunion départementale, elle répète ce message : "Avant 2027, il y a 2026. Plus on poussera de portes de mairies, plus on arrivera à pousser la porte de l'Élysée". Il s'agit de susciter des vocations et de semer une graine, notamment chez les nouveaux adhérents qui seront mûrs pour se présenter dans deux ou trois ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.