Le brief politique, France info

Le brief politique. Manuel Valls à la recherche d’un groupe pour l’accueillir

L’ancien Premier ministre de François Hollande ne s’économise pas en coups de téléphone pour se trouver un point de chute.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Manuel Valls ne s’interdit pas d’atterrir in fine dans le groupe socialiste.
Manuel Valls ne s’interdit pas d’atterrir in fine dans le groupe socialiste. (THOMAS SAMSON / AFP)

L’ancien Premier ministre téléphone à tout le monde en ce moment : ses amis socialistes, les radicaux, les ultras marins, les divers-gauche. Mais pour l’instant, Manuel Valls n’a pas de point de chute et tâte le terrain. L’un de ses amis affirme qu’il n’est pas à la manœuvre pour constituer son propre groupe mais qu’il regarde d’un œil intéressé l’initiative du député divers gauche Olivier Falorni, qui veut créer un groupe de centre-gauche. 

Manuel Valls ne s’interdit pas d’atterrir in fine dans le groupe socialiste : il a d’ailleurs toujours sa carte d’adhérent au PS. L’homme attend juste de voir de quel côté penchent les trente élus socialistes avant de se décider. Cela dépend en grande partie du patron du groupe qui sera désigné dans les jours qui viennent…

À suivre aujourd’hui 

À suivre, le remaniement annoncé d’ici à 18h, et l’élection du ou des présidents des groupe Les Républicains avant un bureau politique du parti cet après-midi.

La note du brief

Un beau loupé pour l’exécutif qui se donne jusqu’à ce soir 18h pour annoncer le nouveau gouvernement. La séquence se déroule toujours sur le perron de l’Elysée : le secrétaire général vient égrener la liste du gouvernement derrière un pupitre… Sauf qu’aujourd’hui, c’est la fête de la musique : à partir de 16h30, dans la cour de l’Élysée, se trouvera un groupe de musique colombien Jovenes de Colombia et le public venu les écouter. Depuis mardi, le secrétaire général de l’Élysée cherche donc désespérément un autre endroit pour faire son annonce.

Manuel Valls ne s’interdit pas d’atterrir in fine dans le groupe socialiste.
Manuel Valls ne s’interdit pas d’atterrir in fine dans le groupe socialiste. (THOMAS SAMSON / AFP)