Le brief politique , France info

Le brief politique. Le gouvernement recourt à l’article 44-3, le Sénat en émoi

Les sénateurs ont poussé des cris d’orfraies après l’utilisation du vote bloqué par le gouvernement pour les empêcher d'adopter une loi votée à l'Assemblée sous le précédent quinquennat sur la revalorisation des retraites agricoles.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Gérard Larcher, le président du Sénat, lors de l’ouverture de la session ordinaire le 2 octobre 2017.
Gérard Larcher, le président du Sénat, lors de l’ouverture de la session ordinaire le 2 octobre 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le 44-3 ne passe pas au Sénat. Les sénateurs sont ainsi en émoi à cause de l'utilisation par le gouvernement de cet article, qui permet un vote bloqué, empêchant les sénateurs d'adopter une loi voté à l'Assemblée sous le précédent quinquennat sur la revalorisation des retraites agricoles. Un coup de force inadmissible pour beaucoup d'élus dont le président du Sénat lui-même. Des cris d'orfraies pour un article déjà utilisé plus de 250 fois depuis 1959. Le gouvernement explique qu'il reviendra sur le sujet lors de la réforme globale des retraites.

La note du brief

Un 15/20 pour un débat de bonne tenue mercredi soir sur LCI entre les quatre candidats au poste de Premier secrétaire du PS. Stéphane Le Foll, Olivier Faure, Luc Carvounas et Emmanuel Maurel, sosie officiel de François Hollande, qui a notamment évoqué la responsabilité de ce dernier dans l'accession au pouvoir d’Emmanuel Macron. "Nous lui avons fait la courte échelle et aujourd’hui on s’en mord les doigts. C’est comme dans Spiderman : ceux qui ont le plus de pouvoir on le plus de responsabilité." Une drôle de phrase, inspiré de Marvel pour un débat sans wonderwoman, entre hommes donc. Et ce n'était pas non plus les Quatre fantastiques.

Gérard Larcher, le président du Sénat, lors de l’ouverture de la session ordinaire le 2 octobre 2017.
Gérard Larcher, le président du Sénat, lors de l’ouverture de la session ordinaire le 2 octobre 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)