Le brief politique , France info

Le brief politique. Il n’y aura pas de débats entre chefs de parti pour la dernière "Émission politique" de France 2

Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner ont refusé le débat avec Marine Le Pen, Laurent Wauquiez et Olivier Faure, jugeant que le format ne leur convenait pas.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Christophe Castaner (à gauche), Edouard Philippe et Jean-Luc Mélenchon (à droite), lors d\'une séance de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale.
Christophe Castaner (à gauche), Edouard Philippe et Jean-Luc Mélenchon (à droite), lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)

Pour une fois, le patron de la France Insoumise et celui d’En marche sont d’accord : le format ne leur convenait pas. Aussi, Jean Luc Mélenchon et Christophe Castaner ont refusé le débat avec MLP, Laurent Wauquiez et Olivier Faure pour la dernière "Émission politique" sur France 2. Jean-Luc Mélenchon avait peur que cela vire au pugilat, explique son entourage, et craignait notamment les provocations de Marine Le Pen. Christophe Castaner, lui, ne voulait pas être noyé au milieu des autres chefs de parti, et a même proposé un face à face avec Marine Le Pen, puisqu’il s’agit de rejouer un "an après". Finalement, l’affaire se terminera de manière très classique, par des interviews successives, à voir le 17 mai sur France 2.

La note du brief

La note du jour est un carton rouge pour la ministre des Affaires européennes, qui utilise une drôle d’expression pour parler des demandeurs d’asile. C’était mercredi au Sénat : "Lorsque l’on arrive du Sud Soudan, on peut décider de faire du shopping de l’asile et trouver que l’on est mieux en Suède qu’en Italie, mais enfin tout de même…" La ministre a reconnu que l’expression "shopping de l’asile" n’était pas "heureuse".

Christophe Castaner (à gauche), Edouard Philippe et Jean-Luc Mélenchon (à droite), lors d\'une séance de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale.
Christophe Castaner (à gauche), Edouard Philippe et Jean-Luc Mélenchon (à droite), lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)