Le brief politique , France info

François Hollande ne participe à aucun meeting de campagne... faute d'avoir été contacté

L'ancien président n'est pas opposé à l'idée de participer à un meeting avec la tête de liste Place publique-PS Raphaël Glucksmann, mais il n'a pas été contacté par la direction du Parti socialiste.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'ancien président de la République Françaois Hollande à Paris, le 7 mai 2019
L'ancien président de la République Françaois Hollande à Paris, le 7 mai 2019 (BERTRAND GUAY / AFP)

François Hollande n'est toujours pas entré dans la campagne, il ne participe à aucun meeting pour les socialistes... tout simplement car il n'a pas été contacté.

Les ténors de la gauche sont pourtant attendus ces prochains jours aux côtés du Premier secrétaire du parti Olivier Faure et de la tête de liste Raphaël Glucksmann : Christiane Taubira mercredi soir à Rouen, Bernard Cazeneuve jeudi à Lyon, avant Martine Aubry la maire de Lille dans la dernière ligne droite.

De son côté, François Hollande a laissé planer le doute sur son choix aux européennes : "Je vote toujours socialiste, encore faut-il qu'il y en ait" disait l'ancien président le mois dernier. Peut-être la direction du PS a-t-elle pris ombrage de ce type de propos, tenus après l'inventaire très critique des années Hollande fait par Olivier Faure. Toujours est-il qu'en privé l'ancien chef de l'Etat ne se montre pas hostile à une participation à un meeting, mais il n'a pas été contacté jusqu'ici. "Il reste deux semaines", ajoute tout de même un poids lourd du PS.

La phrase du jour

Ian Brossat, tête de liste communiste, critique la règle des 3% au sein de l'Union européenne, qui entraîne des procédures pour "déficit excessif". "Je rêve qu'on ouvre des procédures pour pauvreté excessive", explique Ian Brossat sur BFM. "Je veux moins d'Europe pour nous emmerder (sic) sur les 3% de déficit public et plus d'Europe pour lutter contre les Gafa qui nous pillent", s'emporte le communiste.

Le chiffre du jour

3 : la place qu'aurait pu avoir Eric Zemmour sur la liste Rassemblement national ou sur la liste Debout la France. Le polémiste a pu vérifier que sa cote était toujours aussi élevée chez les souverainistes et l'extrême droite.

Marine Le Pen confirme dans un tweet lui avoir offert la 3e place (pas la première comme l'affirmait L'Express). Une offre flatteuse pour Eric Zemmour, qui tient à préciser que Nicolas Dupont-Aignan chez Debout la France lui a aussi proposé une troisième place sur sa liste. "Je suis plus utile dans mon rôle gramscien" réagit le polémiste (du nom du fondateur du parti communiste italien, pour qui il fallait d'abord gagner la bataille culturelle pour prendre le pouvoir). Eric Zemmour prône toujours l'union de toutes les droites.

L\'ancien président de la République Françaois Hollande à Paris, le 7 mai 2019
L'ancien président de la République Françaois Hollande à Paris, le 7 mai 2019 (BERTRAND GUAY / AFP)