Le brief politique, France info

Élections européennes : La République en marche va ouvrir ses premières permanences

Quatre départements vont disposer prochainement d'une permanence La République en marche, tandis que trois camions sillonneront la Dordogne, l'Ile-de-France et le Haut-Rhin.

Les bureaux de La République en marche à Paris, le 6 octobre 2017.
Les bureaux de La République en marche à Paris, le 6 octobre 2017. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les élections européennes approchent à grands pas. La tête de liste de la République en marche pour le scrutin de mai n'est pas encore connue, mais le parti dirigé par Stanislas Guerini a décidé d'ouvrir ses premières permanences, selon les informations de francinfo mercredi 13 février. Jusqu'à présent, le parti lui-même n'avait aucun local dédié à l'accueil des militants. Les relais locaux passaient par celles des parlementaires.

Ces permanences vont ouvrir à Brive, en Corrèze, à Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, à Vesoul, en Haute-Saône, ainsi que dans l'Ariège, où la ville n'a pas encore été choisie. Pour le moment, les dates d'ouverture n'ont pas été précisées. 

Le parti fondé par Emmanuel Macron disposera également de trois autres permanences mobiles. Ces camions sillonneront la Dordogne, l'Ile-de-France et le Haut-Rhin. 

Davantage de cotisations

Le patron de la République en Marche, Stanislas Guérini, aimerait aussi avoir une revue. Et il voudrait engranger plus de cotisations. Il n'est question de faire payer les adhésions, mais les parlementaires pourraient verser leur quote-part au parti, en plus de ce qu’ils versent déjà au groupe. Et tous les élus locaux qui veulent rejoindre la majorité seraient sollicités, qu’ils soient adhérents de LREM ou pas, à travers le nouveau réseau "La République Ensemble" animé par l’ancien ministre Stéphane Travers. C’est son mouvement qui encaisserait l’argent.

La note du Brief

Un 15/20 pour EELV et tous ses camarades écologistes du Parlement européen : ils ont eu la bonne idée de lancer une application interactive. C’est à lire dans Le Parisien, l’appli s’appelle "Ma PAC". En se connectant on pourra faire des simulations et savoir ce que rapporte la politique agricole commune et ce qu’elle coûte. Une manière de rendre l’Europe très concrète avant les élections du 26 mai. 

Les bureaux de La République en marche à Paris, le 6 octobre 2017.
Les bureaux de La République en marche à Paris, le 6 octobre 2017. (VINCENT ISORE / MAXPPP)