Cet article date de plus d'un an.

Assemblée nationale : le RN va présider pour la première fois une vingtaine de groupes d'amitié avec des pays étrangers

C’est une bataille qui s’est jouée dans les coulisses de l’Assemblée nationale… Mercredi soir, un accord a été trouvé sur une répartition des présidences des groupes d’amitié.

Article rédigé par France Info - Paul Barcelonne
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Pour la première fois, le RN va présider une vingtaine de groupes d'amitié à l'Assemblée nationale. (Marine Le Pen et son groupe, le 23 octobre 2022). (JULIEN DE ROSA / AFP)

Il y a 154 groupes d’amitié avec des pays étrangers à l’Assemblée nationale et la bataille de la répartition des présidences de chaque groupe fut donc très longue. Depuis les législatives de juin, les députés étaient incapables de se mettre d’accord et mercredi 26 octobre encore, il a encore fallu plus de quatre heures de négociations.  

Des négociations qui ont pris une tournure très politique puisque les macronistes ne tirent plus, à eux seuls, toutes les ficelles. Leur objectif était ne pas laisser le Rassemblement national présider les groupes les plus influents. Renaissance va donc présider les groupes d’amitié les plus stratégiques : France-Ukraine, ceux avec l’Arménie, la Russie, la Chine, les États-Unis…   Signe que l’affaire est sérieuse : le ministère des Affaires étrangères et celui des Armées avaient même dressé une liste "noire" des pays à ne surtout pas laisser entre les mains du Rassemblement national. Deux pays étaient cochés en rouge, Israël et le Liban, sur lesquels lorgnaient les troupes de Marine Le Pen. D’ailleurs, le RN a même été soutenu sur ces deux pays par Les Républicains. Mais finalement la majorité l’a emporté en bénéficiant du soutien inattendu des écologistes.

Des groupes stratégiques sur le plan diplomatique    

Cela en dit long sur le poids du Rassemblement national dans les instances de l’Assemblée. Ces 154 groupes d'amitié peuvent être un atout diplomatique et institutionnel au service de son processus de normalisation, voire de notabilisation, malgré des relations complexes avec certains pays. Le RN n’a, par exemple, pas cherché à présider les groupes d’amitié avec l’Italie, la Hongrie ou la Russie. Au total, il va présider pour la première fois des groupes d'amitié, une vingtaine, dont le très stratégique France-Inde. Mais Marine Le Pen a demandé un nouveau vote sur la répartition des pays d’Afrique. Un nouveau vote qui ne devrait toutefois rien changer.    

Ces groupes d'amitié sont stratégiques parce qu'ils participent d’une diplomatie, non pas parallèle, mais parlementaire. Ils servent surtout "à faire du tourisme", se moque un habitué du Palais Bourbon. Mais leurs présidents sont en lien direct avec les ambassadeurs français dans les pays concernés et ils accompagnent Emmanuel Macron lors des visites à l’étranger. "Parfois, les députés peuvent passer des messages, que ne peuvent pas directement passer le président ou les ministres", explique un pilier macroniste. Mais attention, alerte-t-il : "Si les groupes d’amitié ne lui conviennent pas, un pays peut aller jusqu’à rompre ses relations diplomatiques avec la France".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.