Tabac : des ventes en baisse mais des recettes en hausse en 2021

écouter (3min)

Les ventes de tabac ont reculé en France d’un peu plus de 6% l’année dernière par rapport à 2020. Un chiffre toutefois en trompe-l’œil si on le compare avec les deux années liées à la crise sanitaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des cigarettes en désordre. (MAXPPP)

En 2020, les restrictions sanitaires liées au Covid-19 avaient nettement freiné les achats transfrontaliers pendant trois mois, ce qui avait fortement fait baisser les chiffres officiels des ventes de tabac en France. La véritable année de référence est donc 2019, avant la crise, et on retrouve donc pratiquement les mêmes chiffres pour l'année 2021 : environ 46 000 tonnes de tabac vendues (cigarettes, tabac à rouler, cigares, etc.).

En réalité, selon les dernières données communiquées par la Confédération des buralistes, les ventes ont reculé l’année dernière légèrement en volume (de quelque 200 tonnes) mais pas en valeur. En deux ans, les recettes liées aux ventes de tabac ont bondi de 11% en raison de la hausse de la fiscalité, les taxes, appliquée par l’État.La hausse a porté le prix du paquet de tabac en général au-delà de dix euros en moyenne.

Pour faire simple, sans sortir les graphiques : notre consommation de tabac a un peu baissé sur les deux dernières années, mais nous avons dépensé plus pour fumer.

Les taxes représentent aux environs de 80% du prix d'un paquet de cigarettes

Encore une fois, si on fait exception de 2020 année atypique, on est passé de ventes de tabacs d’un montant de 19,5 milliards d’euros en 2019 à 21,6 milliards l’année dernière.

Les Français ont consacré près de 22 milliards d’euros à l’achat de tabac sous toutes ses formes l’année dernière. Une manne financière énorme pour l’État qui, en parallèle, se sert de la fiscalité pour réduire l’impact sanitaire et entretenir les systèmes de soin.

Première cause de mortalité évitable, le tabac tue quelque 78 000 personnes chaque année. En France, ce sont les industriels du tabac qui fixent leurs prix de ventes mais l’État incite à des augmentations en faisant varier les taxes qui représentent toujours plus de 80% du prix du paquet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.