Nouvelle hausse du prix des timbres le 1er janvier 2022

écouter (2min)

Tarif rapide, tarif lent, acheminement des colis… Particuliers et entreprises sont concernés par cette augmentation du prix des timbres.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un timbre rouge, dit prioritaire. (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

4,7% de hausse en moyenne pour tous les tarifs courriers mais la progression sera plus sévère pour le timbre qui est encore le plus utilisé (timbre rouge pour une lettre prioritaire, théoriquement distribuée le lendemain) : +12%. Concrètement, le timbre rouge augmentera dès samedi de 15 centimes pour passer d’1,28 euro à 1,43 euro. Le timbre vert (pour un pli censé être distribué en 48 heures en France métropolitaine) passera d’1,08 euro  à 1,16 euro.

La Poste ne peut pas fixer elle-même ses tarifs car elle assure des missions de service public. Elle a un régulateur,L'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), que l’on présente plus souvent comme le gendarme des télécoms mais qui a aussi, pour des raisons historiques, la tutelle des services postaux. L’Arcep écoute les demandes du groupe en matière de prix et tranche ensuite. En 2018, l’Autorité avait adopté une nouvelle règle de comptabilité qui revoit à la hausse la charge supportée par La Poste en matière de service universel.

Perte de chiffre d’affaires à cause des courriels

Il faut compenser la baisse du courrier traditionnel. L’activité courrier de La Poste se replie chaque année de près de 10%, ce qui représente des centaines de millions d’euros de chiffres d'affaire en moins. Face aux courriels, le courrier traditionnel représente désormais moins du quart du chiffre d’affaires total de La Poste. Ce n'est pas la correspondance des particuliers qui pose le plus problème – chaque foyer consomme en moyenne une quarantaine d’euros de timbres par an. Ce qui pèse, c'est la dématérialisation des courriers administratifs et professionnels comme les impôts sur internet, les factures d'électricité via le web, la télétransmission entre le médecin et les mutuelles, etc.

La Poste explique aussi que derrière la hausse du prix du timbre, il y a la volonté de maintenir un bon niveau de qualité du service Ce qui n’est pas toujours l’avis de certains syndicats. Ces derniers voient généralement chaque nouvelle augmentation du prix du timbre comme une occasion de  gonfler les profits au dépend des usagers. La Poste doit adapter en permanence son activité. Jusqu'à présent, elle a très bien négocié son tournant vers le numérique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.