Le brief éco, France info

Le brief éco. LVMH a déjà regagné le terrain perdu depuis le début de la crise

On dit souvent que le secteur du luxe ne connaît pas la crise, LVMH le prouve une nouvelle fois. Le groupe dirigé par l’homme d’affaires Bernard Arnault a enregistré un premier trimestre au-dessus de toutes les attentes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La boutique Louis Vuitton sur les Champs-Elysées à Paris. Photo d\'illustration.
La boutique Louis Vuitton sur les Champs-Elysées à Paris. Photo d'illustration. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Petit rappel d’abord au sujet de ces quatre lettres : LVMH pour Louis Vuitton (les sacs) et Moët-Hennessy (le champagne). Le géant mondial du luxe français affiche pour les trois premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros, en hausse de 30% par rapport à l'année dernière. En 2020, LVMH avait connu un sérieux tangage avec la fermeture des magasins et le gel du tourisme international et son activité avait reculé de 16%.

Pourquoi ce redressement au premier trimestre malgré la pandémie ?

Le groupe a profité de l’envolée des ventes des sacs Louis Vuitton et des parfums Dior. La division mode et maroquinerie a fait un bond de plus de 50% entre janvier et mars. À quoi il faut ajouter la branche montres et joaillerie qui a flambé de 140%. Ce paradoxe du luxe qui se moque de la crise, LVMH le doit à ses clients aux revenus confortables qui veulent de la qualité, l’excellence française enviée dans le monde entier.

Des clients que l’on retrouve dans les pays où la reprise s’amorce clairement : les États-Unis, mais surtout l’Asie. La Chine est le premier pays à avoir été touché par la pandémie et c’est aujourd’hui le premier à se relever. Un immense terrain de conquête de LVMH. Par contre, ça patine en Europe.

Deuxième recruteur de France

LVMH va profiter de cette reprise avant les autres pour développer sa stratégie d’innovation et d’investissement. Une stratégie dont profitent aujourd’hui ses 160 000 salariés dans le monde et les 20 000 artisans français sous-traitants. Le groupe est en phase de recrutement de 9 500 personnes et 400 postes d'apprentis seront pourvus cette année. LVMH, dont la capitalisation vient de passer 300 milliards d'euros à la bourse de Paris, est aujourd'hui le deuxième recruteur de France derrière la SNCF.

La boutique Louis Vuitton sur les Champs-Elysées à Paris. Photo d\'illustration.
La boutique Louis Vuitton sur les Champs-Elysées à Paris. Photo d'illustration. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)