Cet article date de plus de quatre ans.

Le brief éco. Les Français aiment la finance solidaire

écouter (3min)

Gros plan sur la finance solidaire : il s’agit de l’épargne investie dans des placements spécifiques qui soutiennent des associations ou des entreprises ayant une utilité sociale et environnementale. Un mode d’épargne qui séduit de plus en plus les Français.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le montant total des sommes investies dans la finance solidaire a dépassé l’année dernière pour la première fois la barre des 10 milliards d’euros. (CARO LAURENT / MAXPPP)

C'est en effet ce qui ressort du 16e baromètre publié lundi 28 mai par Finansol avec franceinfo et le quotidien La Croix. Finansol est l’association qui a pour but de promouvoir la solidarité dans la finance et l’épargne. La finance solidaire permet d’amorcer des projets avant que les banques traditionnelles ne prennent le relais. Les modes de placements sont divers : les grandes banques commerciales proposent des produits de ce genre ; au sein de son entreprise, on peut placer son épargne salariale sur un fonds commun de placement solidaire, ou on peut tout simplement investir directement au capital d’un projet entrepreneurial.

Succès grandissant

Le montant total des sommes investies dans la finance solidaire a dépassé l’année dernière pour la première fois la barre des 10 milliards d’euros pour atteindre 11,5 milliards. En 2017, les Français ont déposé sur leurs différents supports 1,8 milliards d'euros de plus, en hausse de près de 20% sur un an, soit 366 000 souscriptions supplémentaires. Quant à l’impact, il est très visible : 45 000 emplois créés ou sauvegardés dans différents secteurs ; près de 4 000 personnes ont pu être relogées ; 36 000 foyers approvisionnés en électricité renouvelable et 80 acteurs du développement économique aidés dans les pays en développement.

Les raisons du succès

Il y a d’abord la transparence sur l’utilisation des fonds : nous savons précisément où va l’argent épargné et investi. Cela donne aussi du sens à l'épargne. Et puis il y a la réactivité de cette finance : les épargnants solidaires n’hésitent pas soutenir des projets parfois atypiques, ce qui permet d’amorcer le financement là où le circuit traditionnel demande souvent de grosses garanties. Les exemples sont nombreux. L’entreprise Garance qui propose une marque de lingerie destinée aux femmes ayant subi une ablation du sein. La fondatrice, Cécile Pasqualini, reconnaît que les investisseurs solidaires ont été les seuls "assez fous" pour croire à un marché de niche comme celui de la lingerie post-cancer. Autre exemple : une association d’Avrainville (Essonne). Le chantier d’insertion du Réseau Cocagne accompagne les femmes sur le chemin du retour à l’emploi. Plein d’autres témoignages à découvrir dans le quotidien La Croix, partenaire avec franceinfo, de ce 16e baromètre Finansol.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.