Le brief éco, France info

Le brief éco. La France compte de plus en plus de PME mécènes

Les activités de mécénat interessent de plus en plus les petites et moyennes entreprises. Elles privilégient le domaine social.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme signe un chèque.
Un homme signe un chèque. (MAXPPP)

De plus en plus d’entreprises se lancent dans des activités de mécénat. Financer des associations, des ONG, des festivals, des causes environnementales, humanitaires ou d’intérêt général. l’idée ne séduit plus uniquement les grands groupes.

De nombreuses PME optent pour le mécénat. Des TPE également. Le forum des mécènes qu’organisait l’Admical, l’association qui représente les mécènes auprès des pouvoirs publics, jeudi 10 octobre au Collège de France, a été l’occasion de la constater. Plus de PME et TPE, cela donne une autre image du mécénat, généralement attribué au financement de grandes causes culturelles, riches et somptueuses. Le mécénat ce n’est pas que cela.

Qui bénéficie le plus du mécénat d’entreprises aujourd’hui ?

Trio de tête : le domaine social (la défense des droits, la création d’emplois), la culture et le patrimoine ainsi que l’éducation. Arrivent ensuite la santé, la recherche et l’environnement. Selon les données du ministère des Finances, près de 10% des entreprises tricolores étaient mécènes l’année dernière en France, pour un budget global légèrement supérieur à 3,5 milliards d’euros. Il ressort du dernier baromètre d’Admical qu’entre 2010 et 2016, le nombre de sociétés qui ont réduit des dons de l’impôt sur les entreprises au titre du mécénat est passé de 28 000 à plus de 73 000. Une belle progression.

Idées reçues autour de la fiscalité

Croire que la réduction fiscale est le moteur principal des mécènes est une idée reçue. À peine 50% des entreprises mécènes utilisent le dispositif fiscal en vigueur. Ce qui prouve que leur motivation première est bien de servir une cause d’intérêt général comme l’insertion professionnelle ou la lutte contre le décrochage scolaire, par exemple. Il est vrai que le mécénat à la française bénéficie d'un cadre fiscal le plus incitatif au monde, puisque c'est une déduction d'impôt qui vient réduire l'impôt sur les sociétés, pour une part significative de 60%. Pour autant, le système fiscal tel qu'il est conçu est peu incitatif pour les très petites entreprises. On pourrait certainement faire mieux car le besoin du monde associatif est très important. Le mécénat permet notamment de compléter les financements qu’apporte la sphère publique. Enfin, avantage non négligeable : les retombées en termes de management. Dans une entreprise, le mécénat est généralement porté par le patron, mais il l’est de plus en plus par les collaborateurs. Ces derniers sont associés aux choix. Facteur de mobilisation interne.

Un homme signe un chèque.
Un homme signe un chèque. (MAXPPP)