Le brief éco, France info

Le brief éco. Internet 5G : l’américain T-Mobile s’allie avec l’européen Nokia

Le troisième opérateur américain de télephonie mobile (T-Mobile) et le suédois Nokia viennent de signer un accord industriel pour développer la 5G.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le logo 5G au Mobile World Congress à Barcelone (Espagne).
Le logo 5G au Mobile World Congress à Barcelone (Espagne). (JOSEP LAGO / AFP)

Les affaires continuent en plein cœur de l'été et malgré la guerre commerciale dans laquelle se sont lancés les Etats-Unis, le troisième opérateur américain de télephonie mobile (T-Mobile) et le suédois Nokia viennent de signer un accord industriel pour développer la 5G, un accord majeur.

Il s’agit d’un accord majeur, pour deux raisons au moins : financière et technologique. Financière : le contrat s’élève à trois milliards d’euros, le plus gros accord jamais conclu dans cette catégorie. Technologique, car ce contrat montre l’émergence d’un nouveau cycle de modernisation des réseaux mobiles. En lui fournissant des logiciels, du matériel et des services, l’européen Nokia va permettre à l’américain T-Mobile de développer les premiers services 5G à l’échelle américaine. Une belle bouffée d'oxygène pour Nokia qui rencontre quelques difficultés, et une superbe opération pour T-Mobile lancé dans le déploiement de la 5G outre-Atlantique face à ses deux gros concurrents, AT&T et Verizon.

5G, prochaine génération de téléphonie mobile

Derrière la 5G se cachent la gestion des objets connectés, les voitures autonomes, mais surtout les entreprises connectées entre elles à un très haut niveau de performance pour optimiser les chaînes de production ; les hôpitaux connectés, la recherche, les télétransmissions ultra-rapides. La 5G sera d’abord au service de l’industrie et des entreprises. Les particuliers en profiteront, mais plus tard. S’ils pouvaient déjà jouir à plein de la 4G, cela serait largement suffisant pour les usages du quotidien. Encore faudrait-il que la fibre et la 4G soient opérationnelles partout, et pour tous, en France, ce qui est loin d’être le cas.

Avance américaine

Les Américains prennent l’avance sur la 5G là où nous sommes encore en retard sur la 4G. Et ce n’est pas faute d’investissements : les quatre grands opérateurs (Orange, Bouygues, Altice et Free) ont investi l’année dernière plus de neuf milliards d’euros dans la modernisation des réseaux, selon l’Arcep, l’Autorité de régulation des télécoms. Mais la France traîne, notamment à cause de ses contraintes administratives. Exemple : pour installer un pylône avec antenne – coût pour l’opérateur, environ 150 000 euros – les délais vont de quinze à dix-huit mois. Il en faut moins de cinq dans les autres pays européens. Il reste beaucoup de travail, pendant ce temps et l’américain T-Mobile nous dépasse sur la technologie de demain, qui plus est grâce à l’européen Nokia.

Le logo 5G au Mobile World Congress à Barcelone (Espagne).
Le logo 5G au Mobile World Congress à Barcelone (Espagne). (JOSEP LAGO / AFP)