Le brief éco, France info

Le brief éco. Air France veut se recentrer sur le haut de gamme

Air France va absorber sa filiale, la compagnie à bas coûts Joon. Avions, stewards et hôtesses vont intégrer le vaisseau amiral Air France-KLM dès le printemps. C’est la fin de l’histoire d’une compagnie très jeune, et le début d’une autre aventure dans un contexte concurrentiel très fort. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Logo Air France sur un mur du siège social à Roissy-en-France (Val-d-Oise).
Logo Air France sur un mur du siège social à Roissy-en-France (Val-d-Oise). (THOMAS SAMSON / AFP)

Air France va absorber sa filiale Joon, créée en décembre 2017 sous l’impulsion de l’ancien président d’Air France, Jean-Marc Janaillac.  Joon c’était 600 PNC (personnels navigants commerciaux – hôtesses et stewards), 17 avions desservant dix destinations moyens-courriers et six longs-courriers. L’objectif initial était de reconquérir les lignes devenues déficitaires pour Air France et que s’étaient accaparées les compagnies concurrentes, notamment du Golfe. Mais le nouveau patron, Benjamin Smith, en a décidé autrement. Arrivé à la tête de l'entreprise en septembre dernier, le canadien Ben Smith a estimé que le pari n’avait pas été gagné et que Joon n’avait pas rencontré son public.  

La greffe n’a pas pris 

L’idée d’un nouveau concept avec des personnels en basket et tenues décontractées n’a pas séduit, tant à l'interne qu'à l'externe. La multiplicité des marques autour d’Air France (Hop et Transavia, déjà low-cost) a créé de la complexité. L’objectif initial de créer une compagnie à bas coûts, servant de laboratoire pour expérimenter des innovations, qui auraient pu être étendues aux autres compagnies du groupe, n’a pas été atteint. Benjamin Smith a coupé court. Sa stratégie aujourd'hui est de recentrer Air France sur le haut de gamme. 

Contexte social compliqué 

Pour réduire les coûts de fonctionnement, hôtesses et stewards de Joon avaient été recrutés en externe à des conditions inférieures d’environ 40% à celui du personnel équivalent d’Air France. Quant aux pilotes, ils venaient d’Air France sur la base du volontariat avec leurs anciennes conditions de rémunération. Ces distorsions avaient créé un malaise et c’est aussi à cela que Benjamin Smith a voulu mettre un terme, indépendamment de l’aspect commercial. Peut-on dire pour autant que le calme est revenu sur le plan social chez Air France ? Si tout suit son cours, le projet d’intégration de Joon dans Air France devrait voir le jour le 1er avril, au début de la saison d’été. Il est important de préciser que ce projet a été annoncé en parallèle de la conclusion d’un accord catégoriel avec les PNC et le soutien des syndicats représentatifs. Les négociations avec les pilotes (salaires), elles, se poursuivent. Dans tous les cas, cette initiative est la bienvenue dans un contexte de concurrence toujours plus rude, et à l’heure où la compagnie allemande Lufthansa vient de confirmer son rang de premier groupe aérien européen.

Logo Air France sur un mur du siège social à Roissy-en-France (Val-d-Oise).
Logo Air France sur un mur du siège social à Roissy-en-France (Val-d-Oise). (THOMAS SAMSON / AFP)