Cet article date de plus de deux ans.

Le billet vert. Angers : ville écolo par excellence

écouter (3min)

L'observatoire des villes vertes vient de classer Angers en tête de son palmarès. Une récompense remise tous les trois ans par les professionnels des espaces verts. Mais la préfecture du Maine et Loire fait bien plus pour l'environnement.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le château d'Angers, 31 octobre 2013. (FRANK PERRY / AFP)

Si Joachim du Bellay salue la fameuse douceur angevine, l'observatoire des villes vertes consacre une nouvelle fois les efforts d’Angers pour sa végétalisation. Dans son classement publié mardi 4 février, il a noté la ville en tête de 50 agglomérations vertes au premier sens du terme. La ville consacre près de 5% de son budget à la végétalisation avec 204 m2 d’espaces verts par habitant, mais elle fait aussi pâturer des chèvres ou des moutons pour tondre ses pelouses plutôt que de bruyantes machines. La ville a laissé tomber les phytosanitaires il y a près de 10 ans, et implique ses citoyens avec des potagers partagés et des permis de végétaliser les rues. Après avoir remporté le classement des villes où il fait bon vivre, Angers va encore énerver les 49 autres agglomérations en compétition pour être la ville la plus verte de France.

Verdir la ville mais pas n'importe où

Planter des arbres ou mettre des espaces verts partout est à la mode juste avant des élections municipales mais ce ne doit pas être le seul critère d'une politique écologique. Installer de coûteux bacs à fleurs très gourmands en eau et en pesticides sur un couloir de bus et une piste cyclable comme rue Édouard Herriot à Lyon ne permet pas à la mairie de passer un message écolo : elle s'est mise à dos, les cyclistes, les automobilistes, les usagers des bus et même les commerçants. Angers fait aussi bien plus que végétaliser son espace pour améliorer l’environnement de ses 150 000 habitants.

Le projet de ville connectée et intelligente

La commune a aussi décidé de devenir la première ville connectée et intelligente d’ici dix ans en installant des capteurs partout sur les lampadaires, les poubelles, les parkings. Par exemple, s’il n’y a personne dans la rue, l’éclairage public baisse en intensité, s'il y a du mouvement, il remonte. La poubelle pour le verre est presque pleine, elle envoie un message pour que le camion du recyclage passe la vider. Fini aussi de tourner pendant des heures pour trouver une place de stationnement, vous recevrez un message pour vous indiquer la plus proche. Des capteurs d’humidité dans les parcs permettront aussi d’arroser les plantes juste quand il faut. Au final, la collectivité espère faire 100 millions d’euros d’économies d’ici vingt ans sur ses factures d’énergie et d’eau. Une façon aussi de limiter son impact sur l’environnement. Comme quoi être écolo, ce n’est pas seulement avoir la main verte.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.