Athlétisme : pourquoi les sportifs courent-ils dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ?

écouter (3min)

Les Jeux olympiques de Tokyo sont terminés. Mais savez-vous pourquoi dans un stade, les athlètes courent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ? Solenne Le Hen nous explique que ce n'est pas lié au hasard.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Piste d'athlétisme au stade olympique de Tokyo (Japon). Arrivée du 400m féminin remportée par Shaunae Miller-Uibo des Bahamas. Photo d'illustration.

 (JAVIER SORIANO / AFP)

Courir dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, on dit aussi courir "dans le sens trigonométrique", cela n'a pas toujours été le cas. Lors des tout premiers Jeux olympiques, de 1896 à 1912, les athlètes couraient justement dans l'autre sens, dans le sens des aiguilles d'une montre. Et ils se sont plaints parce que dans les virages, ils ressentaient de mauvaises sensations. Résultat, les organisateurs ont changé et depuis, ce sens de course est même inscrit dans le règlement de la Fédération internationale d'athlétisme.

En fait, pour tout le monde, dont  des sportifs professionnels, si on doit faire une boucle, nous allons naturellement courir dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. D'ailleurs, le journal Le Progrès l'a constaté à Lyon. Au Parc de la Tête d'Or, dit le quotidien, "sur cette autoroute du running de près de 4 km, la meute tourne comme dans un rond-point dans le sens inverse des aiguilles d’une montre." Question d'instinct donc et les journalistes ont même compté les coureurs. Seul un sur 30 court dans l'autre sens. 

Le cerveau à l'origine de ce déplacement en tournant naturellement sur la gauche

Un scientifique japonais, Hideaki Fukami, a compris que les athlètes se sentent plus à l’aise avec la corde à leur gauche pour des raisons neurologiques, à cause de l’hémisphère droit du cerveau, celui qui commande la perception de l'espace et en même temps qui contrôle la partie opposée, la moitié gauche de notre corps. Ainsi la perception de notre corps serait meilleure en tournant vers la gauche.

D'ailleurs, explique ce chercheur, 80% des criminels de la préfecture de Hyogo, au Japon, quand ils s'enfuient, s'enfuient vers la gauche. Cela se justifie sur le plan sportif. Des expériences ont été menées avec des athlètes de haut niveau, en leur demandant de courir 400 mètres en tournant vers la gauche, et 400 mètres en tournant vers la droite. Dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, ils courent plus vite : deux secondes de moins en moyenne. 



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.