Dans la vraie vie, les poupées Barbie médecin et scientifique "seraient interdites de travailler" à l'hôpital ou en labo

Comme tous les ans, le très sérieux British Medical Journal consacre un numéro de fin d'année à des études sur des sujets légers. Cette année, il s'agit de la poupée Barbie, abordée de façon très scientifique.
Article rédigé par Solenne Le Hen
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Selon l'étude publiée dans le "British Médical Journal", Dr Barbie porte des blouses aux manches trop courtes, pas de gants, les jambes ne sont pas couvertes par un pantalon ou une jupe longue. (CAPTURE D'ECRAN MATTEL)

C'est une véritable étude, écrite avec toute la rigueur scientifique nécessaire (mais aussi un brin d'humour) par l'Américaine Katherine Klamer, publiée le 18 décembre dans le British Médical Journal. La jeune chercheuse dont le sourire est aussi grand que ses lunettes qui lui mangent tout le visage a analysé 92 poupées Barbie qui ont été commercialisées, toutes médecins ou chercheuses. D'un point de vue sociologique, l'étude observe que Barbie n'est jamais neurochirurgienne ou physicienne nucléaire. Elle s'occupe plutôt du domaine d'expertise supposé des femmes, comme à la maison, à savoir les enfants. Barbie est donc très souvent... pédiatre. Cela n'ouvre pas beaucoup l'imagination et le champ des possibles pour les petites filles qui jouent avec ces poupées. Même si cette étude reconnaît qu'effectivement, peu d'enfants aspirent à devenir gériatres. Et forcément, le fabricant Mattel en tient compte. Voilà pour l'analyse sociologique. 

Mais cette étude s'est également penchée sur la rigueur médicale de Dr Barbie, ce qui n'avait jamais été fait auparavant, avec une analyse détaillée de sa tenue et de ses accessoires. Bienvenue aux clichés : 98 % des poupées Barbie médecins sont équipées de... stéthoscopes, mais seulement 4% portent des masques. Or, dans la vie réelle, à l'hôpital ou en cabinet, les médecins arborent plus souvent un masque chirurgical qu'un stéthoscope autour du cou. Quant au reste de la tenue, la sécurité laisse à désirer. Dr Barbie porte des blouses aux manches trop courtes, pas de gants, les jambes ne sont pas couvertes par un pantalon ou une jupe longue. Résultat : elle risque des infections à l'hôpital ou des brûlures chimiques en laboratoires. Elle a les cheveux détachés, ce qui est généralement interdit dans les laboratoires voire à l'hôpital. "Si ces Barbies étaient réelles, dit l'étude, elles seraient interdites de travailler car les protocoles de sécurité ne sont pas respectés".

Docteur Barbie porte des talons hauts !

Enfin, clou de cette étude : les chaussures du Dr Barbie. La rigueur et comme la réalité ont disparu. Au lieu de porter des chaussures plates, fermées, antidérapantes et confortables, Dr Barbie arbore... des talons hauts ! "C'est un risque pour elle de se blesser et d'avoir ainsi besoin de ses propres soins médicaux, alerte l'auteure de l'étude. Le Dr Barbie doit être à la mode mais aussi en sécurité", écrit Katherine Klamer. Parce qu'au fond, tout cela dénature le travail et l'image des vrais médecins et scientifiques. 

La chercheuse demande donc que le fabricant améliore les prochaines versions de la poupée. "On ne va pas transformer complètement Barbie, concède-t-elle. Elle peut toujours porter une blouse de laboratoire rose, mais à condition que celle-ci descende jusqu'aux poignets". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.