Le billet sciences, France info

Covid-19 : un calculateur de bénéfice-risque pour les vaccins

Face aux réticences de nombreux Français sur les vaccins, des chercheurs de l’Inserm et de l’université de Paris ont mis au point un petit outil informatique d’aide à la décision. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un membre du personnel hospitalier de Mont-de-Marsan (Landes) se fait vacciner contre le Covid-19. Photo d\'illustration. 
Un membre du personnel hospitalier de Mont-de-Marsan (Landes) se fait vacciner contre le Covid-19. Photo d'illustration.  (RENAUD BIONDI-MAUGEY / FRANCE-BLEU GASCOGNE)

La question aujourd'hui semble être : Est ce qu'il y aura un vaccin pour moi ? Plutôt que : Est-ce que je dois me faire vacciner ? Mais avant que la campagne de vaccination ne commence, ces épidémiologistes ont été frappés par les réticences de nombreux Français sur le vaccin. C'est pourquoi ils ont décidé de montrer de façon simple comment les patients pouvaient calculer leur propre bénéfice / risque sur la base des données de Pfizer et Moderna publiées dans les revues scientifiques. 

Deux graphiques de projection

Cet outil est un site internet, où il suffit de choisir votre âge, votre sexe et le type de vaccin, Moderna ou Pfizer. Ensuite, il vous montre sur deux graphiques avec des couleurs ce qui se passe avec ou sans vaccination. Le logiciel vous donne des chiffres précis de ce qui se passe en cas de circulation forte du virus comme aujourd'hui, si plusieurs milliers de personnes dans votre cas font le vaccin (50 000 personnes pour une personne sur cinq avec le Covid).

Par exemple, pour une femme entre 30 et 39 ans qui se fait vacciner avec le Pfizer : c’est un décès en moins, 86 hospitalisations évitées ainsi que 307 Covid longs, pour seulement dix effets secondaires graves. Si c’est avec le Moderna, c’est à peu près la même chose pour les bénéfices mais là 250 personnes auront des effets secondaires. Evidemment, plus on avance en âge, plus on voit les avantages. Par exemple pour une femme entre 70 et 79 ans, ce sera 258 décès évités pour toujours dix personnes avec des effets secondaires, avec le vaccin Pfizer. 

Un outil à faire évoluer

Cet outil, peu ergonomique, ne permet pas de cocher des dizaines de sous-catégories, notamment sur les comorbidités. Là, il y a des outils de modélisation mais les chercheurs de l'Inserm et de l'université de Paris ne voulaient pas faire un modèle, ils voulaient se baser sur des données réelles même si elles sont aujourd'hui datées. En effet, si des variants changent totalement la forme du virus, si un traitement préventif efficace est trouvé, cela va réduire les avantages du vaccin. Mais les chercheurs, comme le docteur Viet-Thi Tran qui a mis au point cet outil, voulaient que les médecins et les patients voient rapidement et de façon simple quel avantage il y a ou pas pour eux à se faire vacciner et pas seulement pour la collectivité en évitant d’encombrer les cabinets médicaux ou les urgences. Ils voulaient aussi montrer à des patients plus jeunes, qui ne voient pas l'intérêt du vaccin, qu'il permet d'éviter beaucoup de Covid longs et handicapants avec perte d'odorat, fatigue, troubles neurologiques.

Pour l’instant, les chercheurs testent leur outil auprès de 40 000 patients volontaires atteints de maladies chroniques. Ceux de la cohorte ComPaRe, qui se posent beaucoup de questions sur les vaccins, mais qui veulent aussi aider la recherche. Si vous voulez en faire partie, les scientifiques recrutent toujours de nouveaux candidats pour les aider à développer ce type d’outil : que ce soit pour le vaccin ou pour décider quel traitement suivre pour d’autres maladies, comme le diabète ou les cancers.  
 

Un membre du personnel hospitalier de Mont-de-Marsan (Landes) se fait vacciner contre le Covid-19. Photo d\'illustration. 
Un membre du personnel hospitalier de Mont-de-Marsan (Landes) se fait vacciner contre le Covid-19. Photo d'illustration.  (RENAUD BIONDI-MAUGEY / FRANCE-BLEU GASCOGNE)