Génétique : tous les raisins européens ont une seule et même origine, le Moyen-Orient

écouter (3min)

Les vins ont évidemment une grande place sur nos tables en ces jours de fête, mais on ne connaît pas toujours l’origine des cépages que nous buvons. Maintenant on le sait. 

Article rédigé par
Fiorenza Gracci - franceinfo - Edouard Marguier
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Vignoble bordelais au coucher du soleil. (Illustration) (ANTON PETRUS / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Fiorenza Gracci, journaliste au magazine scientifique Epsiloon décrypte aujourd'hui une étude récente, réalisée par une équipe de généticiens italiens. Le résultat de leur étude est passionnant. 

franceinfo : En ces temps de fêtes et de libations, les vins sont bien présents sur nos tables, mais on ne sait pas toujours d'où ils viennent, quelle est leur origine. Maintenant on le sait ? 

Fiorenza Gracci : C’est ce que révèle une étude pour la première fois : tous les raisins européens, que ce soit le merlot des vins de Bordeaux ou le pinot noir des vins de Bourgogne, tous ont une seule et même origine : le Moyen-Orient, quelque part entre le Caucase, la mer Caspienne et le Levant. C’est là que la vigne sauvage a été domestiquée, il y a plus de quatre millénaires. 

C’est une équipe de généticiens italiens qui vient de l’établir après avoir étudié 204 variétés de vigne, cultivées et sauvages. Un travail d’une aussi grande ampleur n’avait jamais été fait auparavant. Il a fallu comparer plus de 7 millions de mutations présentes dans l’ADN de toutes ces plantes, pour établir leur degré de parenté et remonter à leur origine, qui jusqu’ici restait sujette à caution. 

Résultat : l’étude montre que tous les cépages européens, tous, proviennent de cette même région d’Asie. Et notamment les plus emblématiques, ils sont une dizaine, qui sont à eux seuls au cœur de l’industrie mondiale du vin — merlot, pinot noir, cabernet sauvignon, grenache, syrah etc. …   

Ça veut dire que le vin européen est né au Moyen-Orient ?    

Oui et non. Alors, ces deux derniers millénaires, au fil des commerces et des migrations, les vignes d’origine ont été importées vers l’ouest, dans toute l’Europe. Mais ce que montre aussi cette étude : c’est que partout où ces vignes orientales ont été plantées, à chaque fois, les agriculteurs les ont croisées avec des variétés sauvages européennes, qui avaient toujours été là. Et qui avaient l’avantage d’être plus adaptées au climat local.  

Tous ces croisements ont donc rendu la vigne plus résistante, ont changé sa couleur, sa saveur et ont fini par forger l’incroyable diversité génétique des cépages européens. L’étude souligne aussi que le creuset de tous ces mélanges, c’est l’Italie et la France, qui sont historiquement les deux principaux producteurs de vin.   

Est-ce que le raisin de table a la même origine ?   

Tout à fait, dès le départ on a cultivé une partie des vignes pour produire du raisin à manger. Et les viticulteurs ont choisi à peu près les mêmes critères de sélection : c’est-à-dire la taille des grains de raisin et la quantité de chair par rapport aux pépins.

D’ailleurs, dans toutes les variétés domestiques de vigne, celles qu’on cultive, les généticiens ont trouvé un ensemble de gènes, très précisément sur le chromosome 17, qui donnent de gros grains avec de petits pépins. 

C’est donc grâce à ces gènes que ces raisins ont pu traverser les siècles et qu’ils nous accompagnent encore sur nos tables et dans nos verres…     

Source : Nature Communications (décembre 2021).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.