Cet article date de plus de cinq ans.

La médaille du jour. Des timbres à l'effigie d'une championne de tennis japonaise

Pour rendre hommage à sa championne de tennis, Naomi Osaka, qui a remporté l'US Open, le service postal japonais a sorti des timbres à son effigie.

Article rédigé par franceinfo, Xavier Monferran
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Naomi Osaka, joueuse de tennis japonaise à Singapour, lors du tournoi WTA, le 26 octobre 2018. (ROSLAN RAHMAN / AFP)

Une championne timbrée ! Rien à voir avec une folie passagère, non. Il s'agit de Naomi Osaka, une jeune championne de tennis japonaise, qui a remporté le célèbre US Open, il y a quelques mois, en battant en finale la grande Serena Williams. Depuis ce titre du grand chelem, remporté à seulement 20 ans, elle est devenue une star dans son pays. Une énorme star, au point de voir la poste japonaise lui rendre hommage en sortant dans le commerce une plaquette de timbres à son effigie, où on la voit soulever le trophée de l'US Open, premier Grand Chelem remporté par un sportif japonais, homme et femme confondus.

Un parcours difficile

Cela peut paraître anecdotique, car ce n'est pas la première sportive de haut niveau à se faire croquer le portrait par la poste nationale. C'est surtout que le parcours de Naomi Osaka, au Japon, a été pour le moins difficile. Elle, la métisse, née d'un père haïtien et d'une mère japonaise, a du s'exiler aux États-Unis car le métissage n'est pas très bien vu dans l'Empire du Soleil Levant. Leur intégration est très difficile, et sa propre famille, celle de sa mère, a eu du mal à accepter l'union de ses parents.

C'était alors plus facile pour Naomi et ses parents de fuir vers les États-Unis, le pays des sœurs Williams, qui fascinaient le père de Naomi, convaincu qu'un jour sa fille serait leur égale. La suite lui a donné raison. Reste à savoir si la poste japonaise, ou Naomi elle-même, a envoyé les timbres à ses grands-parents, en espérant qu'ils soient – enfin – fiers d'elle ! 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.