L'interview politique, France info

Manifs anti-loi Travail : "Ça commence à bien faire, il est temps que ça s'arrête" (Woerth)

Le secrétaire général des Républicains, invité de France Info ce mardi, a dit respecter "le droit des manifestations", tout en jugeant qu' "il est temps que ça s'arrête". Eric Woerth a aussi qualifié le 49.3 d'"arme du faible".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le secrétaire général Les Républicains, Eric Woerth, a commenté ce mardi le rendez-vous social du jour, le onzième appel à manifester contre le projet de loi Travail, par sept organisations syndicales et de jeunesse. Le député de l'Oise estime qu'"il est temps que ça s'arrête" . Commentant le sondage Odoxa pour France Info, Le Parisien/Aujourd'hui en France et MCI donnant 73% des Français hostiles au 49.3, Eric Woerth a déclaré que "les Français ont raison, le 49.3, c'est l'arme du faible"

A LIRE AUSSI ►►►Loi Travail : les Français toujours opposés à l'utilisation du 49.3

Stop aux manifestations

"Le 49.3, c'est la Constitution, on a donc le droit de l'employer, mais ce n'est pas une bonne manière de gouverner sur des réformes profondes. Ça veut dire qu'on n'a pas de majorité. C'est au fond l'arme du faible. Le gouvernement aurait dû avoir une majorité. Il a tout faux depuis le début sur cette affaire" , a expliqué le député de l'Oise, ajoutant que "François Hollande n'a jamais assumé cette réforme du droit du travail. On en paye les conséquences."

Alors que les organisations syndicales lancent ce mardi une onzième journée d'action contre la loi Travail, Eric Woerth n'a pas caché son exaspération : "Je trouve que ça commence à bien faire toutes ces manifestions sur la loi El Khomri. Il est tant que cela s'arrête. Il est temps que la loi soit devant le Parlement à l'Assemblée nationale, qu'elle revienne du Sénat" , a-t-il lâché. 

Le Brexit, ce "plongeon dans l'inconnu"

A propos du Brexit voté la semaine dernière par le Royaume-Uni, Eric Woerth a estimé que "c'est un plongeon dans l'inconnu". "Personne ne sait exactement ce qui va se passer, personne ne sait ce qui va ressortir de tout cela" , a-t-il expliqué.

Selon lui, David Cameron n'est pas pressé d'enclencher la sortie du Royaume Uni de l'Europe. Il "a joué à la roulette russe avec cette affaire de référendum pour des raisons profondément politiques" et aujourd'hui il n'a "pas envie de prendre ce costume sur ses épaules et d'engager l'Angleterre dans cette sortie de l'Europe" a-t-il poursuivi.

Pour Eric Woerth, "les Européens doivent mettre la pression" sur le Royaume-Uni "pour dire : 'Déterminez-vous !'" . "La pression de François Hollande, elle ne suffit pas. Il faut une pression de l'ensemble des Européens du noyau dur de l'Europe, du noyau fondateur de l'Europe" , a ajouté le député LR de l'Oise. Pour lui, François Hollande est trop "affaibli" pour "essayer d'éclairer un chemin qui, pour l'instant, n'est pas éclairé du tout, pour dire ce qu'il faut faire, selon quel rythme, quel message politique on envoie aux peuples."  

Un référendum en France ? 

Eric Woerth ne voit pas l'utilité d'un référendum sur l'Union européenne dans l'immédiat en France car "il y aurait un très gros risque comme dans d'autres pays. Il y a un rejet de l'Europe" .

Pour autant, le secrétaire général du parti LR n'exclut pas un référendum à long terme : "Je ne vais pas vous dire non jamais. Evidemment qu'il peut avoir un référendum mais pas sur une question négative, pas sur une question 'Tu veux sortir ou est-ce que tu veux rester'" dans l'Union européenne. Il a ajouté que son parti "est favorable qu'il y ait une référendum à un moment donné ou à un autre sur la base d'un texte de propositions" ."Il faut revoir nos frontières. Il faut être fort sur nos frontières. Le Schengen 2 qu'on appelle de nos vœux aux Républicains puisqu'on l'a voté hier à l'unanimité, est un Schengen 2 qui permet de revoir l'organisation de la protection de l'Europe. Il faut une gouvernance de la zone euro qui est absolument nécessaire. Il faut aussi ne pas élargir l'Europe sans avoir approfondi l'Europe. Il faut dire non à la Turquie", a-t-il conclu. 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)