Saint-Valentin : jusqu’à 20% du chiffre d’affaires mensuel des fleuristes, selon Franck Poncet, patron d'Emova Group

écouter (8min)

Le patron d'Emova Group, leader du secteur qui réunit , affiche des ventes en forte hausse.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Franck Poncet, président du directoire d'Emova Group, invité de franceinfo le 14 février 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

La Saint-Valentin fait toujours recette. Invité éco de franceinfo, Franck Poncet, président du directoire d'Emova Group, leader des ventes de fleurs en France, estime que le 14 février est "la deuxième fête la plus importante du calendrier" des fleuristes, après la fête des mères : "La Saint-Valentin peut peser jusqu'à 20% du chiffre d'affaires des fleuristes sur le mois de février."

Emova Group réunit plusieurs enseignes : Monceau Fleurs, Au nom de la rose, Cœur de fleurs, Happy, ainsi que le site Bloom's. Comme l'ensemble du secteur, le groupe a subi de plein fouet le début de la pandémie, il y a deux ans. Mais depuis, la croissance est à nouveau très forte : "Non seulement les clients sont revenus, explique Franck Poncet, mais ils reviennent plus fréquemment en boutique, et ils dépensent un peu plus (…) Notre volume d'affaires (environ 130 millions d'euros, ndlr) est en croissance à deux chiffres, et à +9% par rapport à la période avant-crise."

La clientèle historique est toujours là. En plus, elle se féminise et elle se rajeunit.  

Franck Poncet, président du directoire d'Emova Group

sur franceinfo

Le groupe possède environ 350 points de vente. Le digital représente environ 10% de l'activité. Selon le dirigeant, cette part pourrait monter jusqu'à 20%, mais "rien ne remplacera jamais le conseil du fleuriste en boutique."

La crise climatique est aussi un défi pour le secteur, alors que, très souvent, les fleurs viennent de pays étrangers, du Nord de l'Europe ou d'Afrique. Franck Poncet assure que son groupe a conscience de cet enjeu : "On propose par exemple, chez Au nom de la rose, des fleurs et des roses issues du commerce équitable, labellisées Max Havelaar."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.