L'invité éco, France info

Remboursement intégral des lunettes : "Une solution est en vue", selon Alain Afflelou

Même si les négociations sur le "zéro reste à charge" sont tendues, "les consommateurs auront une offre suffisamment large", a estimé Alain Afflelou.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Alain Afflelou sur le plateau de franceinfo, le 2 mai 2018.
Alain Afflelou sur le plateau de franceinfo, le 2 mai 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Il est l’un des patrons les plus célèbres de France. L'opticien et audioprothésiste Alain Afflelou a expliqué mercredi 2 mai sur franceinfo qu'il soutient la promesse d'Emmanuel Macron de rembourser intégralement certaines offres. Les négociations entre le gouvernement et les professionnels sur ce "zéro reste à charge" sont pourtant tendues. Mais "une solution est en vue", a assuré Alain Afflelou.

franceinfo : Est-ce que vous soutenez ce projet du président et du gouvernement ? 

Il y a beaucoup de gens qui souffrent. Enormément de gens n’ont pas les moyens de s’acheter des lunettes à cause du reste à charge. Ces personnes sont encore plus nombreuses pour les prothèses auditives. Donc, bien sûr que je soutiens. C’est un problème de santé publique. Mais la question est : qui va payer ? Les opticiens payent leurs lunettes, leurs collaborateurs, leurs loyers et leurs charges. Les audioprothésistes, pareil.

Alors, qui va payer ?

Le gouvernement semble dire : "nous n’avons pas l’argent. La sécurité sociale ne veut mettre pas un rond de plus pour les lunettes. Donc on va demander aux professionnels, aux assurances, aux caisses complémentaires, aux Organismes complémentaires d’assurance maladie (Ocam) de faire le joint". Pour l’optique, il semble qu’on ait trouvé un modus vivendi qui fait que les gens ne vont pas trop se plaindre. Les consommateurs auront une offre suffisamment large. C’est mieux pour les gens et les opticiens ne s’en sortiront pas trop mal. Il y a une solution en vue pour les lunettes.

Une des questions est le prix des lunettes. Seriez-vous prêt à baisser le prix des lunettes ?

La concurrence est féroce et nous n’avons pas intérêt à être cher. On a déjà des prix sur le marché qui sont compétitifs. Les gens comparent les prix avant d’acheter et s’ils continuent à venir dans nos magasins c’est qu’ils ont compris qu’on n’était pas plus cher qu’ailleurs.

Autre sujet : celui des prothèses auditives. L’appareil coûte cher : environ 1 500 euros par équipement. Beaucoup de gens renoncent à s’équiper. Quelle est la solution ?

La solution est de faire baisser les prix. Il faudrait aussi que l’Etat mette la main à la poche.

Vous faites trop de marge sur les prothèses ?

Je pense qu’on peut faire un effort et baisser les prix. En revanche rembourser un appareil 120 euros [part de l’Assurance maladie] sur 1 400 euros. Qui va faire l’effort important ? Les mutuelles disent qu’elles sont prêtes à le faire mais qu’il faut augmenter les cotisations. Le marché est désordonné. Aujourd’hui, on vit dans ce métier comme il y a 40 ans. Les technologies évoluent mais ça coûte très cher.

Alain Afflelou sur le plateau de franceinfo, le 2 mai 2018.
Alain Afflelou sur le plateau de franceinfo, le 2 mai 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)