Pénurie de matériaux : la CAPEB, le syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment espère un retour à la normale en 2022

écouter (8min)

Jean-Christophe Repon, président de la CAPEB, signale des hausses de tarifs de 30% à 80%, selon les matériaux. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Christophe Repon, Président de la CAPEB (7 septembre 2021). (FRANCEINFO/ RADIO FRANCE)

La pénurie de matériaux et de matières premières se confirme. Dans le secteur du bâtiment, plus d’une entreprise artisanale sur deux signale des problèmes d’approvisionnement. Invité éco de franceinfo le mardi 7 septembre, Jean-Christophe Repon, le président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), espère un retour à la normale au premier semestre de l’an prochain.  

Le représentant des artisans du bâtiment pointe notamment des pénuries de bois, de circuits imprimés – ce qui pose des problèmes pour l’installation de chaudières et de pompes à chaleur, par exemple. Mais, estime-t-il, les artisans ont "la capacité d’être agiles", et de "changer de matériel, de fournisseur, de fabricant". Jean-Christophe Repon concède toutefois que les "temps de travaux sont un peu plus longs".

On a des hausses de 30% à 80% selon les matériaux 

Jean-Christophe Repon, président de la CAPEB

sur franceinfo

Les professionnels ont-ils augmenté leurs tarifs pour répercuter ces hausses de prix ? Non, selon Jean-Christophe Repon : "La plus grosse partie de notre prix est faite par la main d’œuvre". Le président de la CAPEB affirme que les artisans absorbent, autant qu’ils le peuvent, les hausses de tarifs.  

Environ 50 000 embauches espérées cette année  

Le secteur a retrouvé son niveau d’activité de 2019, avant la pandémie. Jean-Christophe Repon annonce que les entreprises de la filière ont recruté 26 000 personnes depuis le début de l’année : "Et on a un potentiel de faire 26 000 de plus cette année", ajoute-t-il.  

Les entreprises du bâtiment ont pourtant des difficultés à trouver les candidats et candidates qu’elles recherchent. Un problème de rémunération ? "Je suis serein pour les salaires du bâtiment", répond le président de la CAPEB, qui estime que le travail, dans le secteur, est "plutôt bien rémunéré". 

Jean-Christophe Repon "invite les citoyens qui sont dans d’autres secteurs et qui sont dans des impasses à suivre des formations continues et à rejoindre le bâtiment !".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers L'invité éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.