Michelin résiste à la crise : "Nous avons capitalisé sur la qualité de nos produits", selon son président, Florent Menegaux

écouter (8min)

Le géant mondial du pneu publie de bons résultats, malgré la crise qui secoue le secteur automobile. Il augmente le dividende pour les actionnaires, et annonce une prime pour les salariés. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Florent Menegaux, le président de Michelin, invité de franceinfo le 15 février 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Michelin résiste à la crise. Le géant mondial du pneu publie des résultats en hausse, presque au même niveau qu’avant la pandémie. Le chiffre d’affaires atteint environ 24 milliards d’euros, le niveau de rentabilité augmente, et le bénéfice net, à 1,84 milliard d’euros, dépasse celui de 2019. Invité éco de franceinfo, Florent Menegaux, le président de Michelin, explique cette bonne résistance : "Nous avons capitalisé sur la qualité de nos produits, et sur la confiance que nous font tous nos clients."

Le groupe subit la hausse des matières premières et la perturbation des chaînes d’approvisionnement, mais les clients, explique le dirigeant, "acceptent de payer un léger supplément de prix pour avoir un pneu beaucoup plus performant."

Un dividende en hausse, et une prime pour les salariés  

Michelin augmente le dividende versé aux actionnaires : celui-ci passe de 2,30 euros à 4,50 euros par action. Une décision légitime, selon Florent Menegaux, après "deux années de vaches maigres". Mais les salariés seront-ils aussi bien traités que les actionnaires ? "Nous versons 6,5 milliards d’euros, de masse salariale, y compris les augmentations et les primes variables qui sont importantes", répond le président de Michelin, alors que deux syndicats, la CFE-CGC et la CGT, reprochent au groupe de trop peu augmenter les salaires. Mais annonce-t-il, "cette année, nous allons distribuer une prime exceptionnelle, liée aux très bons résultats, de 600 euros à tous nos salariés en France."

Il y a quelques mois, le groupe a annoncé 2300 suppressions de postes en France, sans départs contraints. Il ne renoncera pas à ce plan.

La compétitivité et la productivité doivent rester structurels. Il en va de la pérennité de l’emploi en France. Nous n’allons pas renoncer à ça.  

Florent Menegaux, président de Michelin

sur franceinfo

Le groupe emploie encore 18 000 personnes en France, rappelle le dirigeant. "Les jobs proposés par Michelin sont de plus en plus intéressants, de plus en plus qualifiés. Du fait de l’obsolescence technologique, nous n’avons plus besoin de certains postes. Mais ça ne se fait pas au détriment des personnes. Il n’y a aucun licenciement", souligne-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.