L'interview éco, France info

Marc Giget, spécialiste de l’innovation : "Il faut arrêter d’être techno-chiant !"

Invité jeudi de "L'interview éco" sur franceinfo, le Président du Club de Paris des directeurs de l’innovation, Marc Giget, est revenu sur le désenchantement des consommateurs vis à vis des innovations.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Président du Club de Paris des directeurs de l’innovation, Marc Giget, était l\'invité de l\'Interview éco
Le Président du Club de Paris des directeurs de l’innovation, Marc Giget, était l'invité de l'Interview éco (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Les technologies évoluent, les innovations sont partout autour de nous, les marques défendent ces innovations et poussent le consommateur à acheter. Pourtant, les citoyens sont de moins en moins convaincus, d'après une étude du Club de Paris des directeurs de l’innovation, publiée jeudi 5 juillet, qui démontre que la société est de plus en plus désenchantée vis à vis des innovations. Marc Giget, son président, était l'invité de l'Interview éco.

franceinfo : La société est de plus en plus désenchantée vis à vis des innovations, pourquoi ?

Marc Giget : Toutes les études dans ce domaine confirme cette tendance. Le pouvoir d'achat stagne depuis 40 ans. Et le peu qu'on ait gagné a été absorbé par l'augmentation du prix du logement. Le transport augmente, les soins également etc. (...) La société rejette beaucoup de choses qui sont considérés comme des gadgets ou qui sont dans l'intérêt de réduire les coûts et de piquer les données personnelles. Il y a une méfiance qui s'est installée entre la société et ce qu'on lui propose. Que ça soit des innovations publiques ou privées, la société est en désenchantement par rapport à ce qu'on lui propose. Il y a un phénomène de saturation.

Mais il y a des vraies innovations pourtant...

Pas tant que ça. Le besoin des gens c'est d'être mieux loger. On dit qu'innover c'est améliorer la condition humaine, mais il y a des besoins basiques qui ne sont pas très bien satisfaits. Il y a évidemment de la "techno", on passe de la 3G à la 4G, puis à la 5G, mais est-ce qu'il y a amélioration de la condition humaine ? Les sociologues n'en sont pas tout à fait convaincus. Aujourd'hui, on cherche de nouveaux indicateurs de progrès humains pour réorienter l'innovation vers la satisfaction de la vie.

 

Qu'est-ce que c'est qu'une vraie innovation aujourd'hui ?

C'est une chose qui permet d'améliorer la condition humaine, d'améliorer la relation entre les hommes, améliorer la vie dans la cité et améliorer la relation à la nature. Par exemple en ce moment, dans le domaine de la Santé, le cœur artificiel est une innovation phénoménale mais cela nécessite 42 ans de recherches et développement. (...) Aujourd'hui le terme "innovation" baisse pour laisser place au "progrès."

Vous révélez que le taux d'échec des innovations atteint aujourd'hui 85%. Qu'est-ce que cela signifie ?

Parce que la place de la "techno" a pris une grande dimension. On cherche des applications, des gadgets. Steve Jobs disait "si vous partez des technologies en leur cherchant des applications, c'est sans espoir. Il faut partir des gens, de leur vie, de leurs besoins réels et aller chercher la meilleure techno possible pour y répondre." Il ne faut jamais être "techno-chiant" c'est à dire présenter des innovations en disant "ça va changer le monde", sans qu'on y voit le côté humain dedans.

Le Président du Club de Paris des directeurs de l’innovation, Marc Giget, était l\'invité de l\'Interview éco
Le Président du Club de Paris des directeurs de l’innovation, Marc Giget, était l'invité de l'Interview éco (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)