L'interview éco, France info

Loi alimentation : "Un consommateur ne peut pas continuer d’acheter dans un système qui condamne le petit producteur"

Nicolas Chabanne était l'invité de "l'Interview éco" mardi sur franceinfo. Il a réagi au vote du projet de loi agriculture et alimentation. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nicolas Chabanne, le fondateur de \"C\'est qui le patron\" le 5 septembre 2018. 
Nicolas Chabanne, le fondateur de "C'est qui le patron" le 5 septembre 2018.  (YANN FOREIX / MAXPPP)

La loi agriculture et alimentation doit être votée définitivement à l’Assemblée nationale mardi 2 octobre. L’objectif est d’agir sur les marges des distributeurs pour rétribuer correctement producteurs et agriculteurs. "Il y a des affinités entre le texte et notre action" reconnaît sur franceinfo Nicolas Chabanne, le fondateur de "C'est qui le patron ?". Depuis près de deux ans, il bouscule la grande distribution avec sa marque qui permet aux consommateurs de fixer le prix des produits tout en rémunérant plus justement les producteurs et "éviter un système qui condamne le petit producteur". Plus de 2 000 producteurs sont associés à cette marque où "tout le monde est gagnant".

franceinfo : Est-ce que vous vous retrouvez dans la loi agriculture et alimentation ?

Nicolas Chabanne : Oui, parce que le président a même dit que c'était inspiré de l'initiative des consommateurs, donc il y a évidemment des affinités entre le texte et notre action. Après il faut que cela soit une réalité concrète et que les producteurs gagnent mieux leur vie en partant de leurs prix. C'est indispensable pour vivre de leurs métiers. Ce n'est pas possible pour un consommateur de continuer d'acheter en sachant que son argent alimente un système absurde qui condamne le petit producteur.

Est-ce qu'il peut y avoir un réel ruissellement de la distribution vers les producteurs ?

Dans ce sens-là, de la distribution aux producteurs, peut-être pas, même s'il y a de gros efforts réalisés par la distribution. En revanche, que les consommateurs connaissent parfaitement le prix de chaque produits pour qu'il soit un produit qui fasse vivre le producteur à l'autre bout, ça on sait faire, on l'a prouvé. C'est une immense réussite. Notre produit, créé et porté par les consommateurs, est le plus vendu de l'histoire de l'agro alimentaire en tant que nouvelle marque. On voit qu'il est quelques centimes plus cher, mais il défend le producteur donc finalement l'équation peut être résolue.

Que reversez-vous aux producteurs ?

On a décidé de créer un produit à partir du moment où il est équitable et juste pour le producteur. On a demandé aux producteurs 'quel est, sur une brique de lait, le prix minimum qu'il vous faut pour que vous soyez heureux et que vous viviez de votre métier?'. C'est comme ça que sont apparus les 39 centimes. (...) Et pour la première fois, de simples consommateurs ont créé un produit juste pour le producteur et de qualité, donc finalement tout le monde a été gagnant. (...) Mais pour que ça soit plus fort qu'une loi, il suffit que nous, citoyens, on décide d'aller en magasin et dire 'on a des producteurs qui sont dans une souffrance terrible, on veut que les produits équitables soient présents en magasins' et vous verrez que la loi deviendra naturellement quelque chose qui s'appliquera.

Nicolas Chabanne, le fondateur de \"C\'est qui le patron\" le 5 septembre 2018. 
Nicolas Chabanne, le fondateur de "C'est qui le patron" le 5 septembre 2018.  (YANN FOREIX / MAXPPP)