Livraison de repas et de courses : Julia Bijaoui, cofondatrice de Frichti, annonce "300% de croissance depuis le mois de septembre"

écouter (8min)

La plateforme de livraison se déploie dans de nombreuses villes et défend son modèle, alors que plusieurs dizaines de livreurs sans-papiers la poursuivent devant les prud'hommes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Julia Bijaoui, cofondatrice de Frichti, invitée éco de franceinfo le 25 mai 2021. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

L'épidémie et les confinements ont dopé les services de livraison de repas. Uber Eats et Deliveroo en ont profité, mais également une entreprise française, Frichti, qui livre aussi des courses à domicile. Invitée éco de franceinfo mardi 25 mai, sa cofondatrice, Julia Bijaoui, annonce "300% de croissance depuis le mois de septembre". Après Paris, l'entreprise se déploie cette année à Lyon, Bordeaux, Nantes et Lille.

Selon Julia Bijaoui, Frichti ne se développe pas au détriment des restaurants et des magasins d'alimentation, mais plutôt comme une offre complémentaire, par exemple pour "éviter la corvée des courses" : "On cherche à inventer le supermarché qui correspond à la génération d'aujourd'hui. Cette génération veut plus de praticité, éviter les taches qui n'ont pas vraiment d'intérêt". "On n'est là aussi pour apporter une meilleure qualité de produits", assure-t-elle.  

Bras de fer autour des livreurs sans-papiers

Il y a un an, le journal Libération révélait que Frichti faisait travailler de nombreux livreurs sans-papiers. "On a été victime d'une faille administrative, assure la dirigeante. On a découvert que certains auto-entrepreneurs avaient une entreprise valide et n'étaient pas eux-mêmes en situation régulière (…) On a obtenu de manière inédite que plus de la moitié d'entre eux soit régularisée. L'autre moitié, nous l'avons dédommagée avec un fond de 145 000 euros". Selon Julia Bijaoui, l'entreprise a depuis "renforcé ses processus de contrôle."

L'histoire n'est pas terminée, puisque 66 livreurs sans-papiers poursuivent maintenant Frichti devant les prud'hommes. Ils souhaitent faire reconnaître la réalité d'un contrat de travail entre eux et la plateforme de livraison. Julia Bijaoui affirme que le modèle de Frichti est différent : "On travaille avec des indépendants et dans le respect de leur indépendance." L'audience aura lieu le 3 décembre prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers L'invité éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.