Les données de santé "se revendent très cher, très facilement", selon la journaliste Coralie Lemke

écouter (8min)

Alors que les vols de données médicales se multiplient, la journaliste Coralie Lemke publie "Ma santé, mes données" (Premier Parallèle), une enquête fouillée sur cette économie de l'ombre. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

C’est un vol massif, et ce n’est pas le premier. Les Hôpitaux de Paris révélaient à la mi-septembre que les données personnelles d’1,4 millions de personnes lui avaient été dérobées. "Depuis la survenue de la crise du Covid, les cyberattaques à l’encontre des structures de santé ont explosé : +475%", indique la journaliste Coralie Lemke, invitée éco de franceinfo, lundi 27 septembre. 

Elle vient de publier une enquête fouillée sur le sujet : Ma santé, mes données, aux éditions Premier Parallèle. Dans cet ouvrage, la journaliste plonge dans cette économie des données de santé, parfois totalement illégale. "On sait que les hôpitaux ont des structures informatiques qui ne sont pas à jour (…) Pour les cybercriminels, c’est devenu une aubaine", explique-t-elle avant d'ajouter que ces données "se revendent très cher, très facilement sur le dark web".  

Un dossier médical, ça peut aller jusqu’à 250 dollars !  

Coralie Lemke

sur franceinfo

Mais qui convoite ces données ? Souvent, des cybercriminels qui exercent un chantage, par exemple, sur un hôpital, pour obtenir une rançon. Mais aussi, de plus en plus, "des gens, qui, sur des forums spécialisés, revendent les lots de données" médicales.  Et ils sont "très difficile à identifier", poursuit Coralie Lemke, "il y a beaucoup d’intermédiaires, tout le monde est sous pseudonyme". 

Par ailleurs, "ces données peuvent intéresser des gouvernements, des laboratoires, des start-ups". Un gouvernement peut y trouver un avantage politique, pour mieux connaître l’état de santé de la population d’un pays ennemi, selon Coralie Lemke. Un laboratoire va davantage y chercher "un avantage économique" pour savoir, par exemple, si un de ses concurrents est en avance, dans tel ou tel pays.     

nbsp;  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers L'invité éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.