L'invité éco, France info

L'interview éco. La ressource de l'énergie solaire "représente 20 fois la consommation mondiale d'énergie"

Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, ex-GDF-Suez, était l'invitée de Jean Leymarie, jeudi sur franceinfo, pour évoquer le choix de son entreprise d'investir dans les énergies renouvelables.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Isabelle Kocher, directrice générale d\'Engie, ex-GDF-Suez, le 2 mars 2017, à Paris.
Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, ex-GDF-Suez, le 2 mars 2017, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

Engie, ex-GDF-Suez, sort peu à peu des sources d'énergie les plus polluantes, comme le charbon, pour investir dans les renouvelables. Invitée de franceinfo, jeudi 2 mars, Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, estime que le groupe français aura cédé la totalité de sa production d'énergie liée au charbon d'ici trois ans. Engie veut notamment investir dans l'énergie solaire, une énergie "qui n'a pas de limite".

franceinfo : Progressivement, vous quittez les vieilles activités. Quand allez-vous quitter le charbon ?

Isabelle Kocher : 80% de nos activités sont au cœur du nouveau monde de l'énergie de demain. Nous sommes les seuls dans ce cas dans le secteur de l'énergie. C'est quoi l'énergie de demain ? C'est un monde décarboné, avec la production d'énergies renouvelables. Ce sont des réseaux de gaz, parce qu'il faut de la stabilité dans le système. Le gaz est le meilleur ami du renouvelable. Le soleil, le vent, c'est intermittent, il faut donc de la continuité. Le troisième grand pilier de ce nouveau monde de l'énergie, c'est ce que vous allez faire vous en tant que client. Vous n'allez plus seulement consommer de l'énergie, vous allez probablement progressivement en produire.

La fin du charbon chez Engie, c'est pour quand ?

Quand nous avons démarré, déjà 80% de nos activités étaient dans le nouveau monde de l'énergie. Il y a 20% qui n'y sont pas. Dans ces 20%, il y a la production d'électricité à partir de charbon. Nous avons dit que nous allions vendre ces activités. C'est un choix courageux que j'assume. C'est 15 milliards de cessions que nous avons engagés. Au bout d'un an, nous avons fait plus de la moitié du chemin. Nous avons vendu plus de la moitié à des prix qui sont supérieurs à ce que nous pensions. Nous aurons tout vendu au bout de trois ans. Si nous continuons à ce rythme-là, cela sera avant.

Pourquoi croyez-vous en l'énergie solaire ?

Le monde de l'énergie de demain, c'est un cocktail. Aucune énergie ne fera la totalité de ce dont le monde a besoin. Il faut mixer les solutions. Dans cette demande, l'énergie solaire jouera un rôle très important pour des raisons très simples. Le gisement de cette énergie solaire, représente 20 fois la consommation mondiale d'énergie. Il n'y a pas de limite d'une certaine manière. En masse, ce sera la première source d'énergie renouvelable. Le monde de demain, c'est le couplage de ces panneaux solaires et des systèmes digitaux. Vous aurez des systèmes de production et de gestion de l'énergie chez vous. C'est un modèle différent, mais plein d'espoir. Cela veut dire une énergie décarbonée, disponible partout dans le monde, à l'ensemble des consommateurs de la planète. Ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Isabelle Kocher, directrice générale d\'Engie, ex-GDF-Suez, le 2 mars 2017, à Paris.
Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, ex-GDF-Suez, le 2 mars 2017, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)