L'invité éco, France info

L'interview éco. "Il faut que l'on ait conscience que l'on vit mieux qu'avant" (Angus Deaton, Prix Nobel d'économie)

Invité de Jean Leymarie vendredi 9 septembre sur franceinfo, Angus Deaton, Prix Nobel d'économie 2015, décrypte son livre "La grande évasion. Santé, richesse et origine des inégalités" (PUF).

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Prix Nobel d\'économie Angus Deaton, le 8 septembre 2016, à Paris
Le Prix Nobel d'économie Angus Deaton, le 8 septembre 2016, à Paris (ERIC PIERMONT / AFP)

Plus d'un Français sur deux a eu peur un jour de devenir pauvre, a révélé le 6 septembre 2016 le dixième baromètre du Secours populaire français sur la perception de la pauvreté en France. "Ce chiffre est étonnant", a réagi sur franceinfo Angus Deaton.


Angus Deaton, prix Nobel d’économie : "On vit... par franceinfo

L'économiste britannico-américain et Prix Nobel d’économie 2015 pour son ouvrage La grande évasion. Santé, richesse et origine des inégalités (PUF) était l'invité de Jean Leymarie vendredi 9 septembre : "Je pense qu'un très grand nombre d'habitants de la planète vit dans la pauvreté ou a peur de régresser et de tomber dans la pauvreté. Cela nous dit que les temps sont durs en France et en Europe à l'heure actuelle."

Le monde n'a jamais été meilleur qu'aujourd'hui

Angus Deaton

Dans son livre "La grande évasion. Santé, richesse et origine des inégalités"

Dans son livre, Angus Deaton écrit que "le monde n'a jamais été meilleur qu'aujourd'hui." Cette déclaration risque de surprendre beaucoup de lecteurs : "Je le dis parce que c'est la vérité. Si les gens s'en étonnent, c'est positif. Il faut que l'on ait conscience que l'on vit mieux qu'auparavant. J'ai beaucoup d'optimiste par rapport à l'avenir du monde." Selon l'économiste, "nous vivons actuellement un recul modéré, qui ne sera pas permanent."

L'inégalité entre les gens n'est pas forcément une mauvaise chose, a également expliqué Angus Deaton : "Les inégalités ouvrent la voie. Cela montre ce qu'il est possible de faire. Et cela montre à d'autres qu'il est possible de s'évader à leur tour." Malgré tout, il reconnaît que "si dans le monde, il n'y a que des allocations de ressources très inégales où les richesses sont concentrées entre quelques mains, là il y a une inégalité qui entraîne des dangers, y compris politiques."

Le Prix Nobel d\'économie Angus Deaton, le 8 septembre 2016, à Paris
Le Prix Nobel d'économie Angus Deaton, le 8 septembre 2016, à Paris (ERIC PIERMONT / AFP)