L'interview éco, France info

Hausse des salaires : "Les entreprises feront ce qu’elles pourront", dit le Medef

Après les annonces du Premier ministre, "gilets jaunes" et syndicats continuent à réclamer des hausses de salaires. Mais selon Patrick Martin, président délégué du Medef, "il faut se sortir de la tête que les entreprises sont sur un tas d’or".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Patrick Martin, président délégué du Medef, le 4 décembre 2018 sur franceinfo.
Patrick Martin, président délégué du Medef, le 4 décembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

La hausse des salaires est une des principales revendications des "gilets jaunes". Et aussi des syndicats. La CFDT réclame "de véritables négociations sur les salaires dans les entreprises et les branches", Force Ouvrière veut une "augmentation générale" des salaires, la CGT appelle à manifester sur ce thème la semaine prochaine.

Mais pour Patrick Martin, président délégué du Medef, invité de L’Interview éco, il n’est pas question d’ouvrir des négociations nationales sur les salaires : "Ça se gère au niveau des entreprises et au niveau des branches, a-t-il déclaré mardi 4 décembre sur franceinfo. Les négociations annuelles obligatoires, ça existe dans toutes les entreprises. Il y d’ores et déjà des branches qui pour 2018 ont pris des décisions. D’autres branches sont déjà en cours de négociations pour 2019. On est dans l’ordre des choses". Selon lui, "les entreprises feront ce qu’elles pourront. Elles le feront dans un esprit constructif. Elles prendront en compte la situation actuelle. Mais ce n’est pas un décret qui va tomber et qui dira ‘les entreprises vont augmenter les salaires de tant’."

Développer la prime transport

Les entreprises vont-elles aider davantage les salariés qui ont besoin de leur voiture pour venir travailler ? Le Premier ministre a demandé aux syndicats et au patronat de se pencher sur la question. Pour Patrick Martin, des évolutions sont possibles pour "les zones où il n’existe pas de transports en commun. On est ouvert à la mise en place plus systématique de prime transport. Ça passe par des accords d’entreprise. Nous payons déjà dix milliards pour les transports. Il y aura peut-être une péréquation à mettre en place, avec une réversion au bénéfice des territoires qui ne sont pas équipés". Mais les entreprises sont-elles prêtes à augmenter le financement global qu’elles apportent pour les transports ? Non, selon Patrick Martin, qui ajoute : "Il faut se sortir de la tête que les entreprises sont sur un tas d’or (…) N’allez pas croire que les entreprises en ont sous le pied pour devenir la variable d’ajustement d’une situation que nous dénonçons depuis des années, à savoir qu’il y a trop de dépense publique et que l’État n’a plus de marge de manœuvre".

Patrick Martin, président délégué du Medef, le 4 décembre 2018 sur franceinfo.
Patrick Martin, président délégué du Medef, le 4 décembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)