L'invité éco, France info

Enseignement à distance : "Est-ce que les serveurs ont été suffisamment dimensionnés ?", interroge la présidente de l'Autorité de régulation des télécoms

Au lendemain des bugs à répétition dans l'accès aux plateformes d'enseignement à distance, Laure de La Raudière, présidente de l’Arcep (Autorité de régulation des télécoms) s'est interrogée sur les prévisions de dimension des serveurs par l'Education Nationale.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Laure de La Raudière (présidente de l’Arcep, Autorité de régulation des télécoms), invitée de franceinfo.
Laure de La Raudière (présidente de l’Arcep, Autorité de régulation des télécoms), invitée de franceinfo. (FRANCEINFO)

"Est-ce que les serveurs de l'Education nationale ont été suffisamment dimensionnés ?", s'interroge sur franceinfo Laure de La Raudière. La nouvelle présidente de l’Autorité de régulation des télécoms (ARCEP) était l'invitée éco du mercredi 7 avril sur franceinfo, pour sa première intervention médiatique.

franceinfo : L'ARCEP dans le quotidien des Français, qu'est-ce que c'est ?

Laure de La Raudière : C'est une autorité administrative qui fixe les règles du jeu sur des marchés qui touchent le quotidien des français : l'accès à internet, qu'il soit fixe ou mobile ; l'accès au téléphone, pour veiller à ce que ces services essentiels pour les Français soient bien distribués partout et pour tous ; mais aussi le secteur de la distribution du courrier et de la presse.

Il y a de gros soucis sur les ENT depuis la reprise de l'éducation à distance, que se passe-t-il ?

Ce qui se passe exactement, je ne le sais pas, parce que ça n'est pas de la responsabilité de l'ARCEP de le savoir. Mais ce ne sont pas les réseaux, les opérateurs qui sont responsables. Est-ce que les serveurs de l'Education nationale ont été suffisamment dimensionnés pour prendre le pic de trafic qui a eu lieu ? C'est plutôt du côté des serveurs qu'il faut regarder que du côté des réseaux des opérateurs.

Est-ce que vous allez enfin pouvoir mettre un terme à cette fichue fracture numérique qui frappe encore aujourd'hui en France ?

C'est un des objectifs de la régulation, d'aménager le territoire et d'apporter un accès à internet très haut débit à tous les Français et de qualité, qu'il soit fixe ou mobile. Des dispositifs de la régulation font qu'on a des spécificités liées aux territoires ruraux pour faire en sorte que, même dans des zones non rentables pour les opérateurs, il y ait bien ces services-là.

C'est ce qu'il se passe dans le déploiement de la fibre aujourd'hui : il y a une régulation spécifique et l'investissement de collectivités territoriales pour ramener la fibre dans tous les territoires ruraux.

Laure de La Raudière, présidente de l'ARCEP

à franceinfo

C'est le cas aussi dans le domaine des mobiles, avec l'enjeu de tout ce projet qui a été porté depuis 2018 qui s'appelle le new deal. Aujourd'hui il y a 24,7 millions de fibre déployée en France et 10 millions d'abonnés qui sont sur ce réseau. Tout le reste des abonnés ont accès au téléphone et au très haut débit par le cuivre. Sur la 5G, l'année 2020 a été record avec 6 millions de lignes déployées en France.

Laure de La Raudière (présidente de l’Arcep, Autorité de régulation des télécoms), invitée de franceinfo.
Laure de La Raudière (présidente de l’Arcep, Autorité de régulation des télécoms), invitée de franceinfo. (FRANCEINFO)