L'interview éco, France info

Économie mondiale : "Les échanges ralentissent de manière très impressionnante"

L'économie mondiale ralentit. L'OCDE prévoit maintenant une croissance de 3,5% l'an prochain. Pour Laurence Boone, cheffe économiste de l'OCDE, la guerre commerciale et le ralentissement des échanges ont déjà des conséquences.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE, le 21 novembre 2018 sur franceinfo.
Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE, le 21 novembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

La croissance mondiale est de moins en moins forte. L'OCDE le confirme dans ses prévisions. L'Organisation de coopération et de développement économiques attend maintenant une croissance de 3,5% l'an prochain. En juin dernier, elle tablait encore sur une croissance de 3,9%. Laurence Boone, cheffe économiste de l'OCDE, invitée de L'Interview éco, attend "un ralentissement. Ce qui inquiète, explique-t-elle, ce sont les tensions  commerciales, surtout entre les Etats-Unis et la Chine. Les échanges sont vraiment le moteur de l’économie mondiale. En général, ça croît à peu près deux fois comme la croissance. Et là, on voit que ça ralentit de manière très impressionnante (…) Cela va peser sur notre production, sur les emplois liés à la production, et aussi sur la consommation, le pouvoir d’achat, le niveau de vie de tout le monde".

Est-ce le début d’une crise économique ? "On ne prédit pas du tout de nouvelle crise économique. On prévoit le début d’un ralentissement. Mais on appelle les politiques à faire attention aux échanges, plutôt que de se disputer, et à s’asseoir à la table des négociations".  

En France, "les résultats sont bons"

Pour la France, l'OCDE prévoit une croissance d'1,6% du Produit intérieur bru, soit moins que la moyenne de la zone euro. Mais pour Laurence Boone, la France est un cas particulier : "La France est moins cyclique que la zone euro. Quand il y a un choc commercial à la baisse comme à la hausse, la France, qui est moins ouverte sur l’extérieur que l’Allemagne, par exemple, souffre moins quand c’est un choc à la baisse, et en bénéficie moins quand c’est un choc à la hausse". Le taux de chômage, dans l’Hexagone, reste bloqué à 9,1%. Mais l’OCDE s’attend à une baisse "significative" dans les prochains mois.

La politique économique de la France est-elle bonne ? "Les résultats sont bons", selon Laurence Boone, qui ajoute : "On a créé plus d’un million d’emplois en France depuis cinq ans. C’est quand même colossal".  

Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE, le 21 novembre 2018 sur franceinfo.
Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE, le 21 novembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)