L'invité éco, France info

Covid-19 : le PDG de Saint-Gobain voit l’économie repartir “très vite” en 2021

Pour Pierre-André de Chalendar, la dynamique de la rénovation en France devrait continuer de porter l'activité des fabricants de matériaux de construction.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Pierre-André de Chalendar, le PDG, invité éco de franceinfo vendredi 26 février 2021.
Pierre-André de Chalendar, le PDG, invité éco de franceinfo vendredi 26 février 2021. (FRANCEINFO)

Comme dans toutes les crises, la crise du Covid-19 connaît des gagnants et des perdants et Saint-Gobain fait partie de la première catégorie. Le leader mondial des matériaux de construction a même fait mieux que résister l’an dernier (+8% de chiffre d'affaires au second semestre 2020), malgré les confinements et les diverses restrictions sanitaires. "En ce moment, on est tiré par la rénovation", explique Pierre-André de Chalendar, le PDG, invité éco de franceinfo vendredi 26 février.

Franceinfo : La mise à l’arrêt de l’économie au printemps dernier vous a fait très mal, pourtant, vous terminez 2020 avec un résultat positif, comment l’expliquez-vous ?

Pierre-André de Chalendar : Il y a eu une grosse différence entre le premier et le deuxième semestre de 2020. Pendant le premier confinement, on a beaucoup souffert, mais on avait déjà retrouvé un niveau d’activité normale au mois de juin.

À partir de l’été, c’est reparti. Le mois d’août a été excellent, les artisans n’ont pas pris de vacances, ils ont travaillé. Et pareil à la fin de l’année, le mois de décembre a été très bon.

Pierre-André de Chalendar

à franceinfo

Sur la France, au deuxième semestre on fait +8% de chiffre d’affaires, contre +5% au niveau mondial. Même avec le confinement de novembre, on a été en hausse. Donc pouvoir travailler fait une énorme différence. En ce moment, on est tiré par la rénovation. Les gens qui étaient confinés chez eux ont fait des travaux. Ils ont acheté tous les produits Saint-Gobain : de la plaque de plâtre, de l’isolation, du mortier… Ils sont allés chez Point P, dans les enseignes de bricolage auxquelles on vend aussi. Ils ont beaucoup travaillé dans leurs intérieurs.

Et cela va continuer en 2021 ?

Les deux premiers mois de l’année sont fantastiques, on est sur une très bonne tendance. Et l’on n’a pas encore eu l’impact (favorable) des plans de relance…

On a coutume de dire que quand le bâtiment va, tout va. Vous êtes une sorte d’indicateur avancé de l’état de l’économie. Quel rebond pour l’économie française en 2021 ?

C’est très lié aux conditions sanitaires. Mais je constate qu’en mai-juin, quand on est sortis du premier confinement, les économistes s’étaient trompés, alors que les boursiers avaient raison : on a eu une reprise en “V”. Donc si les conditions sanitaires s’améliorent on aura une reprise en “V”. Pour moi ça repartira très vite. Même si la situation sanitaire reste la grande inconnue. Mais normalement, avec les vaccins, à l’été, tout cela devrait être largement dernière nous.

Vous allez passer la main à la tête de Saint-Gobain en juillet prochain, avec un an d’avance. Pourquoi ?

On a eu des très bons résultats, même records. Ce qui est incroyable en pleine pandémie. On avait un plan pour se réorganiser en trois ans, et tout s’est fini en deux ans. J’ai donc pensé que c’était une bonne idée que celui qui va délivrer ce plan, soit celui qui le porte : Benoit Bazin. Cela fait longtemps que je le prépare, il est prêt, c’est donc le bon moment.

La rénovation dont vous parlez, elle est aussi énergétique, et elle a une grande place dans les différents plans de relance, français et européen. Qu’attendez-vous de ces plans ?

Cette relance, elle va être verte. L’opinion publique a fait le lien entre santé, environnement, et protection de la planète. Les gouvernements un peu partout suivent. On a pris conscience qu’il y avait une urgence climatique. Le bâtiment, c’est une part très importante de la consommation d’énergie. En Europe, c’est 40% des émissions de CO2. Donc si on veut réduire la consommation d’énergie dans les bâtiments, on sait comment faire, il faut les isoler. Avec un bâtiment bien isolé on réduit de 80 à 90% la facture énergétique, et cela coche toutes les cases.

Pierre-André de Chalendar, le PDG, invité éco de franceinfo vendredi 26 février 2021.
Pierre-André de Chalendar, le PDG, invité éco de franceinfo vendredi 26 février 2021. (FRANCEINFO)