L'interview J-1, France info

Sécurité dans les banlieues : "Gérard Collomb met en oeuvre une politique laxiste voulue par l'exécutif", selon Fabien Di Filippo

Fabien Di Filippo était l'invité du 19h20 mercredi sur franceinfo. Le député Les Républicains de Moselle est notamment revenu sur les annonces d'Emmanuel Macron à destination des banlieues et sur les questions de sécurité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Fabien Di Filippo, député Les Républicains de Moselle, sur franceinfo le 23 mai 2018.
Fabien Di Filippo, député Les Républicains de Moselle, sur franceinfo le 23 mai 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Lors des questions d'actualité à l'Assemblée Nationale ce mercredi 23 mai, plusieurs députés sont revenus sur le discours d'Emmanuel Macron sur les banlieues prononcé la veille.

Invité ce mercredi sur franceinfo, Fabien Di Filippo, député Les Républicains de Moselle, a estimé que la question de la sécurité est une "question globale." "S'il n'y a pas de mesure forte prise en matière de sécurité, alors tout le reste ne servira à rien." Pour l'élu, Gérard Collomb "met en oeuvre une politique laxiste voulue par l'exécutif."

franceinfo : Que pensez-vous des annonces faites par le président sur la sécurité dans les quartiers sensibles, notamment sa volonté de lutter contre le trafic de drogue ou de permettre aux maires d'avoir accès aux fichiers des personnes radicalisées ?

Fabien Di Filippo : Il en a parlé, il a effleuré le sujet. Ces propositions, on les a déjà faites et elles avaient été refusées par la majorité lors du dernier débat sur la loi anti-terroriste. On a eu le droit à un discours-fleuve d'Emmanuel Macron, et la seule mesure concrète que l'on peut reprendre en matière de sécurité, c'est la police de sécurité du quotidien.

Pour Les Républicains, la question des quartiers en difficulté en France est essentiellement une question d'autorité de l'Etat ? C'est aussi une question de sécurité ?

C'est une question globale, mais si on ne règle pas en amont le problème de la sécurité et - osons le dire - du communautarisme, tout le reste sera vain. C'est ça qu'Emmanuel Macron n'a pas compris et que nous portons chez les Républicains. S'il n'y a pas de mesure forte prise en matière de sécurité pour des gens qui craignent pour leur vie et pour la vie de leurs enfants chaque jour, alors tout le reste ne servira à rien.

Est-ce que Gérard Collomb est un bon ministre de l'Intérieur ?

Il met en oeuvre une politique laxiste voulue par l'exécutif. Et là, je mets en cause Edouard Philippe et Emmanuel Macron. Je dis toujours qu'il ne sert à rien de changer les personnes et d'appeler à leur démission, c'est la politique qui doit changer.

Ce mercredi lors du Conseil des ministres il y avait également au programme la réforme constitutionnelle. C'est une réforme que vous approuvez ?

L'exécutif se fait plaisir en affaiblissant encore un peu plus le Parlement et l'équilibre des pouvoirs. Il n'y a pas trop de députés. Cette réforme ne fera faire aucune économie. Par contre, les citoyens auront une moindre représentation dans les territoires parce que les circonscriptions seront deux fois plus grandes et deux fois plus peuplées. Il y aura donc une perte de proximité, ainsi qu'un affaiblissement des débats au Parlement et du pouvoir d'action de l'opposition. Ce sont des choses qu'on dénonce et qui sont critiquables.

Fabien Di Filippo, député Les Républicains de Moselle, sur franceinfo le 23 mai 2018.
Fabien Di Filippo, député Les Républicains de Moselle, sur franceinfo le 23 mai 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)