Cet article date de plus de neuf ans.

UMP : nouveau clash Copé-Fillon

écouter
Alors que le groupe dissident de François Fillon à l'Assemblée nationale a été créé officiellement, Jean-François Copé met fin à l'idée d'organiser un référendum sur le vote.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Jean-François
Copé est dans une colère noire depuis qu'il a découvert mardi soir la liste des
68 députés "fillonistes " dissidents. Et il apprend ce matin que le
groupe a été créé, c'est officiel le Rassemblement-UMP est inscrit au Journal
officiel
avec à  sa tête, François
Fillon.  Le
président contesté de l'UMP en déduit que tout est fini, que la ligne rouge a
été franchie
comme il l'a dit sur Europe 1.

 Son
entourage explique que la naissance officielle de ce groupe est pour lui une
déclaration de guerre puisqu'il était tombé d'accord hier avec François Fillon pour mettre
en place un "comité stratégique paritaire " chargé d'organiser ce
référendum.

 L'une des
conditions posées par Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy c'était qu'il n'y
ait pas de groupe dissident.  Invité de France
Info à 8h15, Laurent Wauquiez, l'un des lieutenants de François Fillon a réagi
à la fin de non recevoir de Jean-François Copé

 C'est le
seul outil de pression que l'on a ajoute Laurent Wauquiez, pas question de s'en
passer tant qu'il n'y a pas à un nouveau vote. Mais cette obstination, ce coup
de force est diversement apprécié, même parmi les "fillonistes".
Xavier Bertrand par exemple voudrait maintenant que les militants votent
directement, il était lui aussi sur Europe1 ce matin.

 Et parmi
ceux qui n'ont pas pris position dans cette guerre, c'est aussi le ras-le-bol Nathalie Kosciusko-Morizet réclame la fin des hostilités. Un
nouvel épisode qui va sans doute pousser Nicolas Sarkozy à intervenir comme il
avait menacé les deux belligérants de le faire. C'est en tout cas ce que vont
réclamer certains élus, des deux bords.

 "J'ai
honte de mon parti
". Voilà le communiqué que voulait publier Nicolas
Sarkozy hier, et bien il pourrait le faire dans les heures ou les jours qui
viennent

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.