Cet article date de plus de neuf ans.

"Racisme anti-blanc" et fermeture des hauts fourneaux de Florange

écouter
Jean-François Copé reprend les mots du Front national en dénonçant un "racisme anti-blanc". "Briser un tabou" ou "glissement coupable"? La droite se divise sur fond de bataille pour le leadership à droite.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le "racisme anti-blanc" , notion jusqu'ici confinée au dictionnaire frontiste, est désormais reprise par Jean-François Copé dans son "Manifeste pour une droite décomplexée" qui sort la semaine prochaine, mais fait dès aujourd'hui la Une.

Et le secrétaire général de l'UMP enfonce le clou ce jeudi matin sur Europe 1. Il dénonce, comme le Front national, les associations anti-racistes. D'ailleurs pour Marine Le Pen ironise sur le "Copé-Collé" du député maire de Meaux.

Avec cette déclaration, Jean-François Copé aura au moins réussi à voler la vedette au favori des sondages dans la course à la présidence de l'UMP. François Fillon qui refuse de reprendre à son compte la sortie de son opposant tout en affichant se fermeté à droite. Pas question pour l'ancien Premier ministre d'appraître comme un modéré au moment où les militants du parti se radicalisent.

L'autre sujet du jour, c'est la fermeture annoncée des hauts fourneaux de Florange. Arnaud Montebourg promet un projet de reprise pour un euro symobilique. Le ministre du Redressement productif qui est attendu aujourd'hui sur le site d'ArcelorMittal. A droite, on ne croît pas à ce projet de reprise. Et surtout, on trouve des circonstances atténuantes au patron d'Arcelor qui "ne ferme pas avec plaisir". De son côté, sur France Info, Christian Jacob réclame de François Hollande qu'il se batte plus pour la compétitivité des entreprise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.