Cet article date de plus de huit ans.

Point d'indice des fonctionnaires et retraites, deux gros dossiers pour la conférence sociale

écouter (5min)
Notre panorama des sujets qui font l'actualité politique de ce mercredi matin. A la veille de l'ouverture de la conférence sociale, le ton monte sur le point d'indice des fonctionnaires et le débat se poursuit sur les retraites. Arnaud Montebourg livre sa vision du redressement de la France et la loi sur la transparence de la vie publique, très modifiée, poursuit son examen à l'Assemblée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Point d'indice et retraites à la Conférence sociale :

Nous vous l'annoncions lundi sur France Info, le point d'indice des fonctionnaires, gelé depuis 2010, le sera encore en 2014. Grosse colère des fonctionnaires et des syndicats. Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, se dit scandalisé par cette décision sans concertation. Il le fallait, répond Marisol Touraine sur France Inter : "Nous sommes dans une situation difficile et des efforts collectifs sont nécessaires. Dans le même temps, je veux souligner que des discussions sont engagées par la fonction publique pour l'évolution des carrières des catégories C, c'est à dire ceux qui ont les salaires les plus faibles, dans la fonction publique d'Etat, dans la fonction publique hospitalière et dans la fonction publique territoriale ".

Autre sujet qui sera abordé lors de cette conférence sociale avec les syndicats jeudi et vendredi : les retraites. Piste privilégiée, rallonger la durée de cotisation. Mais pour l'UMP Gérard Larcher, ancien ministre du Travail interrogé sur LCI, c'est insuffisant et il vise la retraite à 60 ans : "La gauche est arc-boutée sur une faute originelle, que l'on doit à François Mitterrand : la retraite à 60 ans sans étude d'impact. Philippe Seguin l'avait dit au moment du débat : rendez-vous dans dix ns. C'était 1993 et il y avait déjà le déséquilibre. Je ne veux pas être un archéologue de la politique, mais ça a conduit à la catastrophe ".

Le "I have a dream" d'Arnaud Montebourg :

Sur Europe 1, le ministre du Redressement productif appelle à la relocalisation et se lance dans un plaidoyer pour l'aide à l'automobile. Et il trace le profil du grand redressement de la France, dans les pas d'illustres prédessesseurs : "Nous sommes en train de préparer une trentaine de plans industriels, comme à la grande époque du gaullisme, du pompidolisme ou du mitterrandisme. On n'aurait pas Airbus si Airbus n'avait pas fait l'objet d'un programme politiquement soutenu pendant 30 ans. Je prends un exemple : la voiture sans chauffeur, c'est un objectif technologique, c'est à dire la voiture, qui, finalement, fonctionne sans chauffeur. Il y a déjà des métros sans chauffeurs ".

Loi sur la transparence, finie la publication des patrimoines :

Les députés doivent examiner la suite de ce texte qu'ils ont modifié en profondeur par rapport aux premières orientations tracées par François Hollande. L'écologiste Noël Mamère justifie sur France 2 l'abandon de la publication systématique du patrimoine des élus : "La question essentielle c'est celle de l'enrichissement personnel sur ses fonctions politiques. Et c'est ce qu'il faut pouvoir contrôler et sanctionner. Et c'est ce qu'est en train de faire cette loi. L'autre question c'est celle des conflits d'intérêts. C'est ça qu'il fallait moraliser et c'est l'objet de cette loi ".

Et après l'examen du projet de loi, le vote aura lieu la semaine prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.