Cet article date de plus de sept ans.

Et revoilà le gaz de schiste

écouter (5min)
On pensait que la loi interdisant l'exploration de ce gaz par fracturation hydraulique avait réglé le problème. Et bien non ! Arnaud Montebourg revient à la charge. D'après le Canard enchaîné, le ministre du Redressement productif garde sous le coude un rapport qui prône une technologie propre pour extraire du gaz de schiste. Il sortira ce rapport après les municipales pour ne pas fâcher les alliés écolos.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est raté, ils sont déjà fâchés et notamment la ministre verte du Logement, Cécile Duflot, invitée de France Info.

"Ce que je constate c'est qu'il y a comme des sortes de vagues d'opérations sur le gaz de schiste, exactement comme ce que l'on avait connu sur les OGM, qui ressemble à de l'intoxication et qui sont nourrit par des intérêts économiques. La question est de savoir ce que l'on fait, et ce que l'on fait, c'est ce qu'à dit le président de la République : pas d'exploitation et d'exploration du gaz de schiste. "

La position de François Hollande n'est pas aussi nette que le dit Cécile Duflot. Le président a bien dit qu'il n'y aurait pas d'exploitation de ce gaz pendant son quinquennat, mais il reste ouvert à des "recherches" sur des méthodes propres d'exploration.

La rumeur sur l'enseignement de la théorie du genre à l'école

La rumeur continue de provoquer pas mal de réactions. Les appels au boycott contre l'école soupçonnée de promouvoir la théorie du genre ont provoqué un vent de panique, certains parents ont même retiré leurs enfants de l'école. Le ministre a du intervenir pour rassurer les parents d'élèves, mais l'UMP continue d'entretenir le flou sur cette rumeur comme Jean-François Copé.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la candidate UMP à la mairie de Paris, condamne le boycott mais condamne aussi ces cours d'éveil à l'égalité entre garçons et filles, qu'elle assimile à la théorie du genre sur France 2.  "Je suis contre la théorie du genre. Je trouve cela apparenté de plus en plus à une idéologie.  Je suis contre le fait que l'on réponde à des parents inquiets par la menace. Les parents inquiets, on leur répond par le dialogue. "

Attention, lui répond la ministre déléguée à la famille, pour Dominique Bertinotti, quand on entretient cette rumeur sur l'enseignement de la théorie du genre à l'école et bien on fait le jeu de l'extrême droite, explique-t-elle sur RTL.

"A qui profite la rumeur ? A une extrême droite qui n'aime pas la République, donc qui n'aime pas l'école qui est le fondement même de cette République. En laissant croire que l'on enseignerait cette fameuse théorie du genre c'est une façon de critiquer la République et c'est insupportable. "

Sur France Inter, la présidente du FN Marine Le Pen utilise à peu près les mêmes arguments que l'UMP.

"Les parents expriment un désaccord avec le fait d'être dépossédés de leur rôle. C'est aux ministres de s'engager à ce qu'il n'y ait pas de théorie du genre à l'école. Il ne s'agit pas des enseignants, mais du choix du ministère et d'un choix politique et probablement idéologique. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.