Cet article date de plus de huit ans.

Engagement au Mali : premières brèches dans l'unité nationale

écouter
L'engagement militaire de la France au Mali au cœur du débat politique avec cette interrogation que soulève l'opposition : notre pays est-il isolé ? Et ce sont les premiers signes de faiblesse de ce concept politico-médiatique affiché depuis le début de l'intervention, l'unité nationale.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Premières critiques,
premières inquiétudes à l'UMP et chez les centristes. Soutien mais vigilance,
voilà leur position. Et ils nombreux dans l'opposition à se demander où est
l'Europe, où sont les partenaires européens de la France. Il faut que ça bouge en
Europe réclame sur iTélé le député UDI Jean-Louis Borloo :

"Il faut un soutien politique et il faut un soutien militaire."

Sur Canal Plus, François
Bayrou, lui, fait le compte. La France, selon lui, n'a pas les moyens humains
et matériels pour mener sur le long terme des opérations militaires
d'envergure. Le président du MoDem déplore donc l'absence d'une Europe de la défense :

"C'est le temps où on voit que l'Europe serait indispensable et elle n'existe pas encore."

L'Elysée et Matignon
répondent, évidemment, par la négative à cette inquiétude sur l'isolement de la
France. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, s'en tire
comme elle peut quand elle est interrogée sur Radio Classique sur ce sujet ; "Commencent à sé déployer un certain nombre de troupes africaines... "

L'autre dossier politique du
jour, c'est le non-cumul des mandats...

François Hollande confirme une réforme
qui fait grincer des dents. Un texte de loi sera voté avant l'été. Il
concernera tous les parlementaires et sera appliqué au cours du quinquennat. Peut-être
dès les élections locales de 2014. Peut-être Mystère. Cela dit, les sénateurs
commencent à monter des barricades au Palais du Luxembourg. Ils n'en veulent
pas et les socialistes menacent le chef de l'Etat de voter contre. Un gros
travail de persuasion doit être fait assure le ministre Michel Sapin sur France
Info
: "Ce qu'il faut c'est convaincre chacun dans tous les camps qu'une page est tournée..."

 François Hollande a, par
ailleurs, expliqué que le Congrès se réunirait d'ici l'été pour une vaste
révision constitutionnelle. Plusieurs sujets dont le statut pénal du président de
la république et réforme du conseil supérieur de la magistrature...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.