L'histoire du jour, France info

La vie secrète de Queen Mum, la reine mère, à travers ses lettres

Les lettres de la reine mère d'Angleterre, "Queen mum", disparue en 2002, viennent d'être publiées. Elles jettent un nouvel éclairage sur cette personnalité populaire.

(©)

Vous vous rappelez sûrement son sourire, ses grands chapeaux, sa réputation de bonne vivante, elle aimait boire du gin. Elle était surnommée "Queen Mum", un surnom affectueux pour cette femme qui a vécu très longtemps : elle est morte en 2002, à l'âge de 101 ans. Elle était populaire.

Un portrait intime

Les lettres qui viennent d'être publiées lui donnent encore plus de relief. Elles ont été selectionnées par son biographe officiel. Le magazine Books les présente dans son nouveau numéro. Il n'y a pas de révélation. C'est plutôt un portrait intime. La future reine mère raconte les événements au fur et à mesure. Elle se confie à ses amis.

Nous sommes d'abord dans les années 1920. Elizabeth Bowes-Lyon est une jeune femme de son temps. Elle est issue de la noblesse mais elle n'imagine pas un instant qu'un jour elle va monter sur le trône. Elle aime s'amuser, voyager.

En 1921, par exemple, elle est à Paris : "Nous sommes allés danser au Ciro's - un cabaret - jusqu'à l'heure de la fermeture (...) J'ai dansé le tango avec un Russe du nom de Constantin quelque chose... Il m'a soudain projetée en l'air, puis m'a fait rebondir sur le parquet jusqu'à ce qu'on soit complètement gaga. "

La jeune femme s'intéresse aussi à la politique. Elle est conservatrice. Elle critique la gauche, mais de manière très personnelle. Elle écrit : "Les travaillistes sont éloignés de tout ce que j'aime : les fées, les hiboux, les fleurs des bois et les Américains. Je sais qu'ils prétendent qu'ils sont d'accord avec moi, mais tout cela n'est qu'un simulacre ."

 

L'accession au trône

En 1923, Elizabeth épouse l'homme de sa vie, le prince Albert, duc d'York. Le couple est très uni. En 1936, sa vie bascule. Le roi Edouard VIII renonce au trône. Son frère, le prince Albert, doit lui succéder. Il prend le nom de Georges VI. Du jour au lendemain, la jeune Elizabeth devient reine consort du Royaume-Uni. C'est un poids énorme sur ses épaules. Plus tard, elle écrit : "Je doute que les gens réalisent à quel point ce fut horrible pour le roi et pour moi. "

La guerre et le chagrin

La guerre arrive. Londres est bombardé. La reine refuse de quitter la capitale. Elle parcourt les ruines. Dans le magazine Books , vous lirez aussi ses lettres de l'époque : "Je marche dans une ville morte (...) On sent son coeur presque se briser devant tant de chagrin et d'angoisse ".

Le chagrin, elle va le connaître aussi juste après la guerre, en 1952, lorsque son mari, Georges VI, meurt. Elizabeth devient reine mère - "The Queen Mother " - et sa fille, Elizabeth II, monte sur le trône. La veuve de Georges VI n'a que 51 ans. Quand elle apparaît en public, elle donne le change. Mais au même moment, elle écrit : "Je parle, je ris, j'écoute, mais mon être véritable est mort lors du décès de mon mari. Il ne reste qu'un fantôme. "

(©)