L'histoire du jour, France info

Kim Dotcom, le revanchard

Un an après la fermeture du site de téléchargement Megaupload, le sulfureux Kim Dotcom crée une nouvelle plate-forme. Il veut renouer avec le succès.

(©)

Kim Dotcom veut redevenir une star, un des maîtres d'internet. Comme avant, à l'époque de Megaupload. Ce site avait un succès phénoménal : il permettait d'échanger des fichiers, des films, de la musique. Megaupolad était aussi un royaume pour le téléchargement illégal. Cinquante millions de personnes le fréquentaient chaque jour.

Kim Dotcom était devenu millionnaire. En Nouvelle-Zélande, il habitait une grande maison, "le manoir Dotcom ". Il possédait une Cadillac rose, une Rolls-Royce. Il avait un train de vie fabuleux. Il invitait des centaines d'amis. Il tirait des feux d'artifice. Il y a un an, tout s'est arrêté subitement : Megaupload a été fermé, à la demande des Etats-Unis. Kim Dotcom a été arrêté. La star a été jetée en prison, comme un voleur, ou plutôt comme un pirate - poursuivi pour avoir violé les droits d'auteur. Il a été libéré, sous caution. Il s'est fait plus discret. Le revoilà, un an jour pour jour après son arrestation. Toujours grand, 1 mètre 90. Toujours gros, 150 kilos. Et toujours aussi mégalomane. Kim Dotcom est un ogre.

A chaque fois qu'il tombe, il se relève. Il vient d'avoir 39 ans mais c'est comme s'il avait déjà eu plusieurs vies. Sur le site de L'Express, par exemple, vous découvrirez ses succès et ses déboires. D'abord en Allemagne, son pays d'origine. Dans les années 1990, Kim Schmitz (son vrai nom) revend des cartes téléphoniques volées ; il est condamné. Au début des années  2000, il est à nouveau devant la justice, cette fois pour un délit d'initiés. Il disparaît. On le retrouve en 2005 à Hong Kong. Il a changé de nom. Il se fait maintenant appeler Kim Tim Jim Vestor. Il comprend que le téléchargement illégal peut être une manne. Il crée Megauload. Et il se choisit un nouveau surnom : Kim Dotcom, Kim ".com ". Un nom en forme d'adresse internet.

Le succès est fulgurant. Il provoque la colère de la justice américaine. Le fondateur de Megaupload est soupçonné d'avoir amassé 175 millions de dollars (130 millions d'euros) de manière totalement illégale. Quand la police vient l'arrêter, il y a un an, il essaie de se barricader. Finalement, il se rend.

Des milliers d'internautes le soutiennent ; quelques artistes aussi. En juillet, Kim Dotcom interpelle directement Barack Obama. Il se présente comme un défenseur de la liberté sur internet. Sur youtube, la vidéo est vue un million quatre cents mille fois. La nouvelle étape, c'est donc ce site qui vient d'ouvrir, "Mega ". Il est déjà saturé. Kim Dotcom promet qu'il respecte la loi. Et il fanfaronne : "Rien ne pourra nous arrêter ".

(©)