Rentrée scolaire : aux États-Unis, une méthode pour aider les élèves à reprendre confiance en eux

écouter (2min)

À Atlanta, aux États-Unis, une enseignante en école élémentaire a imaginé une méthode pour remobiliser ses élèves. Avant chaque cours, ils doivent dire quelque chose de positif sur eux, un exercice qui redonne confiance, et donc l'envie d’apprendre.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une classe aux États-Unis. (BRANDON BELL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Sa vidéo lui vaut des millions de vues sur les réseaux sociaux et une multitude d’interviews sur les télés américaines. C’est qu’il y a urgence à remobiliser les élèves. Aux États-Unis, la rentrée scolaire a eu lieu il y a une semaine, avec un défi majeur : récupérer les décrocheurs, réparer les dégâts causés par les confinements sur le niveau des élèves.

Cette mission a obsédé tout l’été Naffiteria Acker, professeure de mathématiques en CM2 dans une école d’un quartier populaire d’Atlanta : comment redonner confiance aux élèves, leur donner envie d’apprendre ? L'enseignante a donc mis au point un petit exercice avant chaque cours. Elle met toute la classe en file indienne et se tient devant eux, un grand miroir dans les mains, et les fait passer, un par un devant la glace, en leur demandant de dire une chose positive sur eux, suffisamment fort pour que tous les autres l’entendent.

"Je suis intelligente", "je suis concentré", ou encore "je suis une bonne personne". Certains ricanent, d’autres hésitent avant de se lancer, mais tous trouvent quelque chose à dire. "Le but, explique Naffiteria Acker à CNN, c’est qu’ils se voient de pied en cap, d’où le très grand miroir, et qu’ils s’apprécient intégralement, pas juste le visage ou les cheveux, mais en entier. J'ai essayé cet exercice avec ma fille de cinq ans, et c’est parce que j’ai vu qu’elle gagnait en confiance que j’ai décidé de le proposer à ma classe."

Et pour l’instant, ça marche. Les élèves auraient moins peur d’aller au tableau, de parler devant les autres. Sachant qu’ils reviennent de loin, cela fait plus d’un an qu’ils n’avaient pas mis les pieds en classe, tous les cours étaient à distance, en vidéo, loin des autres, loin des professeurs, avec un suivi quasi inexistant.

Tout ce que je veux dire à chaque élève, c’est "peu importe ce que les autres pensent, peu importe la difficulté des évènements à traverser, moi, je crois en toi."

Naffiteria Acker, enseignante en CM2 à Atlanta

à CNN

Pour qui en douterait, ça n’est pas une incitation au nombrilisme, ni au narcissisme, mais une méthode pour déclencher des signaux positifs dans le cerveau. Plusieurs études en neurosciences, notamment des universités de Pennsylvanie et de Columbia, l’ont démontré : les affirmations positives sur soi éloignent la peur de l’échec, et donc le réflexe de renoncement, et surtout elles amplifient la confiance. Quand on a confiance, on s’accroche, on persévère, on se concentre. Certes, ça ne fait pas tout, mais ça permet de préparer le terrain pour faire germer l’envie d’apprendre. "Tout ce que je veux dire à chaque élève, conclut la professeure, c’est : 'peu importe ce que les autres pensent, peu importe la difficulté des évènements à traverser, moi, je crois en toi'."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.