Pour mettre en lumière les femmes de sciences oubliées, la physicienne Jess Wade a rédigé 1 750 biographies sur Wikipédia

écouter (3min)

Elle a commencé en 2017, et depuis, lorsqu’elle tombe sur le nom d’une chercheuse dans une revue spécialisée, elle vérifie systématiquement si celle-ci a une page sur l’encyclopédie en ligne pour, le cas échant, rédiger sa biographie. Objectif : lutter contre la faible visibilité des femmes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le logo Wikipédia. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Jess Wade est un physicienne britannique, et elle essaye de lutter contre les inégalités en rédigeant des biographies de chercheuses sur Wikipédia, l’encyclopédie en ligne. Elle créé des pages pour synthétiser le parcours et les travaux de femmes biologistes, chimistes, astrophysiciennes, épidémiologistes qui, malgré leurs découvertes, restent dans l’ombre. Cela fait cinq ans qu’elle s'est lancée dans cette entreprise et ce mois-ci elle a publié sa 1 750e biographie. De quoi tenter d’enrayer la faible visibilité des femmes.

>> Avec Joséphine Baker, six femmes vont désormais reposer au Panthéon

Cette invisibilité n’est pas juste une impression, elle se traduit en chiffre : sur Wikipédia, seules 19% des biographies, tous secteurs confondus, concernent des femmes. Autrement dit moins d’une page sur cinq, c’est dire l’ampleur du déséquilibre auquel s’attaque Jess Wade. À 33 ans, son parcours était tout tracé en tant que physicienne et chercheuse à l’Imperial College de Londres : mère et père tous deux physiciens, la science a toujours été un sujet de discussion à la maison. Mais très vite, elle comprend que ses amies n’ont pas le même environnement familial, que suivre un cursus scientifique, quand on est une fille, c’est être minoritaire.

"Wikipédia est un outil de crédibilité puissant"

En 2017, elle tombe sur les travaux d’une climatologue, Kim Cobb, publiés dans une revue spécialisée. Elle veut en savoir plus sur son parcours, fait une recherche rapide et découvre qu’elle n’a pas de page Wikipédia, ce qui en général est la première chose sur laquelle tombent les internautes quand ils cherchent une première présentation. Et c’est bien le problème. "Wikipédia, ça donne de la crédibilité, explique Jess Wade au Washington Post, c’est un outil très puissant, notamment quand il s’agit de mettre en lumière toutes ces figures qui sont dans l’ombre malgré leur réussite."

Les femmes sont déjà minoritaires en sciences, donc si, en plus, celles qui réussissent ne sont pas honorées au minimum par un résumé de leurs travaux,
l’égalité peut toujours attendre. Jess Wade a donc rédigé la biographie de Kim Cobb puis s’est mise à taper systématiquement les noms sur lesquels elle tombait pour rédiger les biographies manquantes. "On pense souvent que les filles ne choisissent pas la science parce que ça ne les intéresse pas, explique-t-elle à la chaine NBC, mais en réalité, ça les intéresse déjà, le problème c'est de leur proposer des modèles, des exemples de parcours, et donc de rendre les femmes scientifiques visibles." Son travail rédactionnel de titan lui vaut d’avoir été décorée de la Médaille de l’Empire Britannique, et finalement d’avoir elle aussi une page Wikipédia.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.