Miss Potkin, la mère de famille britannique qui a enflammé Twitter en racontant sa grève des tâches ménagères

écouter (2min)

Une trentenaire britannique a tenu un véritable journal de bord de sa grève improvisée, récoltant des centaines de milliers de likes. Et des milliers de témoignages de femmes racontant la même disproportion dans la répartition des tâches ménagères dans leur foyer.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'évier et le plan de travail dans la cuisine de Miss Potkin qui fait la grève des taches ménagères.

 (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Miss Potkin est fatiguée. Miss Potkin, c’est le pseudo de cette trentenaire britannique sur le réseau social Twitter, une femme mariée, maman de trois enfants, dont un bébé, et qui gère l’intendance de son foyer. Par défaut, un peu malgré elle, comme des milliers d’autres femmes. La semaine dernière, elle a décidé d’arrêter, de ne plus endurer son labeur invisible, mais sans le préciser à la maisonnée, juste comme ça, pour voir ce que ça donnerait, pour mener une petite expérience scientifique. Expérience qu’elle a donc racontée à ses 21 000 abonnés sur Twitter, photos à l’appui.

On peut voir par exemple l’évier et le plan de travail après deux jours sans vaisselle : les bols de petits déjeuner empilés les uns dans les autres, les assiettes, couverts, verres, poêles à frire, tasses, plats... "À un moment donné, écrit-elle ironiquement, tout ce petit monde va finir par manquer de récipient pour manger… Alors ? Qui craquera en premier ? Sûrement pas moi !"

Parce qu’effectivement, la tentation de prendre les choses en main est forte, mais Miss Potkin tient le coup et décrit le délitement exponentiel, la mutation de sa maisonnée en capharnaüm. La vieille saucisse carbonisée abandonnée dans une casserole sur la gazinière, parce qu’on ne peut pas la jeter, parce que la poubelle est pleine et que personne ne la descend. Les tas de vêtements qui apparaissent aux coins des chambres, parce que le panier à linge est plein et que personne n’a lancé de machine. Sans oublier, le troisième jour, le dernier rouleau de papier toilette, terminé à 19h04, sans avoir été remplacé. Absence qui a évidemment créé un drame.

Ces quatre jours étaient une expérience pour être entendue, respectée, ne plus avoir à se répéter (…) parce que bien sûr, c’est l’amour qui nous pousse à garder la maison en ordre, c’est l’amour qui fait faire vaisselle, linge, repas, mais voilà parfois l’amour est fatigué !

Miss Potkin, mère de famille britannique

sur son compte Twitter

Et puis, finalement, au quatrième jour, monsieur dispose les bols sales dans le lave-vaisselle. Sans le lancer, mais c’est l’intention qui compte. La poubelle est descendue, le linge ramassé, les miettes aspirées, du papier-toilette acheté.

Autant dire que beaucoup de femmes, notamment en ces temps de télétravail, se sont reconnues dans son journal de bord, en témoignent les centaines de milliers de j’aime qu’elle a reçu. Parce que demander de l’aide quotidiennement, à répétition, ne suffit pas. "Ces quatre jours étaient une expérience pour être entendue, dit-elle, respectée (…) bien sûr, c’est l’amour qui nous pousse à garder la maison en ordre, c’est l’amour qui fait faire vaisselle, linge, repas, mais voilà parfois l’amour est fatigué !" Autrement dit, oui, même en 2021, il y a encore du boulot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.